Le blogue du Québec maritime

Le Saint-Laurent en mode croisière
  • L'île Providence, en Basse-Côte-Nord : l'un des arrêts proposés par le Relais Nordik
    Valérie Fortier

Le Saint-Laurent en mode croisière

Vous avez le pied marin et souhaitez découvrir les régions du Québec maritime d’une façon tout à fait unique? Deux navires vous offrent la chance de naviguer le Saint-Laurent pendant vos prochaines vacances : le CTMA Vacancier, qui relie Montréal aux Îles de la Madeleine, et le Bella Desgagnés, qui sillonne la Moyenne et la Basse-Côte-Nord. Nous avons demandé à deux de nos collaborateurs de nous parler de leur expérience à bord.

Croisière CTMA aux Îles de la Madeleine : Heureux vacancier!

David Lang

Je ne dévoilerai pas l’ordre du podium, mais autant le dire d’emblée: la croisière CTMA aux Îles de la Madeleine est dans le top 3 de mes meilleurs souvenirs au Québec. Ce qui m’a le plus séduit dans l’expérience : son authenticité. Un aller-retour à saveur unique.

Huit jours et sept nuits, pas une heure d’ennui. Chaque vendredi, de juin à septembre, le CTMA Vacancier lève l’ancre à Montréal pour descendre le fleuve jusqu’au grand golfe du Saint-Laurent. L’objectif que chacun a en tête, c’est la découverte des Îles de la Madeleine, fabuleux petit archipel au caractère bien trempé qu’environ 350 passagers auront la chance de parcourir pendant trois jours. Ce dont ils ne se doutent pas, c’est que l’exotisme teinté d’accents acadiens va les conquérir immédiatement, dès le port de Montréal, et ne plus les quitter jusqu’à la fin de l’odyssée.

Mon île flottante au Canada

Le CTMA Vacancier vous offrira un voyage mémorable!© CTMA

Avant même d’embarquer, on règle la montre sur le fuseau des Îles (celui des provinces maritimes). On avance d’une heure, on est déjà ailleurs. Puis, je découvre notre hôte d’acier, le CTMA Vacancier, ses grands ponts extérieurs, salons d’observation, salle d’exercice, jardin d’enfants, boutique, cinéma, restaurant, bar… sans oublier le salon de coiffure et, bien sûr, la petite cabine où se reposeront mes yeux entre deux journées d’intense mobilisation. Une centaine de Madelinots compose l’équipage de cette fière île flottante où tout sera fait pour nous mettre dans le bain de la destination avec bonne humeur et spontanéité : rencontres, ateliers, animations, musique, danse, contes, saveurs… Le programme s’annonce riche et varié. Je me promets de ne pas manquer, entre autres, l’atelier sur l’art de décortiquer l’un des meilleurs homards de la planète, celui des Îles de la Madeleine. Promesse non tenue. Je vous explique pourquoi?

Le Québec vu des Îles

De Montréal jusqu’au golfe du Saint-Laurent, les ponts de mon bateau m’ont fait leur cinéma. Une superproduction à 360 degrés de près de 800 km dont le héros est le Québec vu du fleuve. Autant dire que le spectacle est fascinant et peut vous happer à n’importe quelle heure de la journée : levers et couchers de soleil à se damner, paysages côtiers insoupçonnés, mammifères marins à observer… Trois-Rivières, Québec, Charlevoix puis Tadoussac et l’embouchure du fjord du Saguenay d’un côté, le Bas-Saint-Laurent puis le littoral gaspésien de l’autre : à mesure que le film avance, je me sens totalement privilégié d’assister à la métamorphose de ce fleuve mythique en large estuaire, bientôt en mer. Alors ce soir-là, au restaurant, oui, mes voisins ont subi quelques projections. J’avais manqué le cours de décorticage à cause de la Belle Province vue du Vacancier.

Le plein de bon temps

Les Îles de la Madeleine vous charmeront avec leurs paysages colorés© Michel Bonato/Tourisme Îles de la Madeleine

La vérité c’est que dehors comme dedans on ne s’ennuie pas un instant durant cette traversée au long cours. Il y a toujours des moments sympathiques à vivre, des histoires à échanger, toute une culture à apprivoiser par petites touches criantes d’authenticité. Les Madelinots sont comme ça, tous un peu artistes (voire beaucoup), dans leur rythme à part et dans le plaisir de partager. Je dois alors faire un autre aveu : le séjour aux Îles de la Madeleine fait également partie du top 3 de mes meilleurs souvenirs québécois. Mais chut! Nous voilà déjà sur le retour et, tandis que tout est réuni pour qu’il soit fort douloureux, il s’avère lui aussi passionnant. Toujours ce bon temps à bord, entre les animations, la gastronomie, la gentillesse ambiante. De quoi faire en douceur le deuil de l’envoûtement insulaire. Bref, je suis toujours aux Îles, heureux comme un Vacancier.

 

Le N/M Bella Desgagnés : Escale en terre d'émotions

Valérie Fortier

Située à l'extrémité orientale du Québec, la région de la Côte-Nord est d'une beauté remarquable. Le voyage qui nous y mène, à bord du Bella Desgagnés, s'avère une expérience en soi, rythmée par les vagues du Saint-Laurent, une nature sauvage intacte, et des communautés plus accueillantes les unes que les autres. Cap sur le Québec du bout du monde!

Impossible de rester de glace devant ces paysages si grandioses. Alors que le vent du large nous caresse le visage et que l'air salin emplit nos poumons, on se sent comme les premiers explorateurs qui ont foulé la côte. Et c'est sans compter la tranquillité pastorale qui règne dans ce coin de pays, où seuls les oiseaux de mer, les cloches de bateaux et les vagues viennent rompre le silence. Une croisière pas comme les autres, fière commanditaire de souvenirs impérissables.

Un navire qui a du chic

Le Bella Desgagnés, navire-cargo qui vous mènera à la découverte de la Moyenne et de la Basse-Côte-Nord© Valérie Fortier

Fier et imposant, il n'est pas passé inaperçu lors de sa mise en service en 2013. Nec plus ultra dans le domaine cargo-passagers, 21e siècle oblige, c'est également le cadet de la flotte du Groupe Desgagnés, conçu en Croatie et parachevé en Italie. Il n'a aucune commune mesure avec son prédécesseur, offrant désormais une capacité de 380 passagers et 40 membres d'équipage, en plus d'avoir doublé sa zone cargo. D'ailleurs l'impressionnante timonerie se visite en fin de croisière, permettant d'en saisir toute l'ampleur.

À bord, l'expérience se vit en forfait (réservez tôt!) comprenant l'hébergement en cabine de différentes catégories et tous les repas. Disponible au départ de plusieurs ports, rien ne vaut toutefois la croisière d'une semaine, question de ne rien louper de cette aventure en pays inexploré. Bonus : un menu quotidien aux saveurs maritimes, gracieuseté des communautés de pêcheurs lors des escales, et des services aussi nombreux que variés (buanderie, gym, cafétéria, salons intérieurs grand confort...).

Des destinations uniques

Natashquan est l'un des nombreux points d'embarquement du Bella Desgagnés© Valérie Fortier

D'avril à janvier, il quitte son port d'attache à Rimouski pour un périple qui le mènera à quelque 1 600 km de son point de départ, soit à Blanc-Sablon, à un jet de pierre du Labrador. Entre les deux, une dizaine de localités au charme indéniable et à l'histoire passionnante. Sept-Îles, Port-Menier, Havre-Saint-Pierre et Natashquan marquent les premiers arrêts, mais ce que tous attendent avec fébrilité, c'est la Basse-Côte-Nord, là où la route s'arrête. C'est ici que fut tourné le magnifique film La Grande Séduction, sur l'île d'Harrington Harbour qui, bien entendu, figure parmi les escales. D'ailleurs, il serait dommage de passer outre les excursions terrestres proposées par Voyages CoSte, coopérative de solidarité en tourisme durable et grande spécialiste de la région.

En somme, le « Bella » c'est la mer sur un plateau, des paysages sublimes et un contact des plus authentiques avec les communautés locales, qu'elles soient francophones, anglophones, innues ou métis. À vivre sans hésitation!

Pour plus d’information sur ces deux croisières fluviales :

CTMA Vacancier

Relais Nordik

Auteur David Lang

Laisser un commentaire
*

(0) commentaire