Le blogue du Québec maritime

Blanchons : Safari-photo aux Îles de la Madeleine
  • Les blanchons ne laissent pas indifférents
    Le Québec maritime

Blanchons : Safari-photo aux Îles de la Madeleine

Par deux fois, j’ai quitté Montréal en hiver pour les Îles de la Madeleine, au beau milieu du golfe du Saint-Laurent. Il fallait une bonne raison pour préférer le mois de mars à l’été et ses promesses d’un peu de chaleur et de longues plages de sable fin dans l’archipel le plus coté du Québec! Je ne l’ai jamais regretté, car les images de ces voyages - qui m’ont plutôt entraînée sur la banquise pour aller observer de près des blanchons - demeurent parmi mes plus dépaysantes. Ces petits « loups-marins » ou blanchons en période de sevrage sont, pour quelques jours seulement, de vraies boules de poils blancs gonflées à bloc par douze jours d’allaitement intensif, avec de jolies frimousses ultra-photogéniques.

En fin d’hiver, des centaines de milliers de phoques du Groenland et de phoques à capuchon descendent du nord en même temps que la banquise qui dérive dans le golfe du Saint-Laurent. L’archipel des Îles de la Madeleine se trouvant sur la route du courant dominant du golfe, il agit comme une barrière qui freine la dérive des glaces. C’est ce qui plaît aux phoques femelles, qui n’ont qu’à attendre les conditions favorables pour mettre bas : des glaces bien solides et des saignées d’eau libre pour pouvoir filer à l’heure du retour vers l’Arctique au printemps! Année après année, elles reviennent ainsi au large de ces îles. Quand elles retournent à l’eau, leurs petits restent sur la glace le temps d’apprivoiser un passage très rapide à l’autonomie…

C’est en hélicoptère (dans le cadre d’un forfait offert par le Château Madelinot) qu’on peut aller, de fin février à la mi-mars, assister à ce spectacle unique au monde dont les blanchons sont les vedettes. De Cap-aux-Meules, l’hélico survole un peu les îles avant de foncer vers le large. La « petite glace » des abords de l’archipel laisse vite place à une houle de glace. Plus loin, la « vraie » banquise étincelle au soleil. Elle a des allures de désert blanc violemment torturé par les crêtes de pression. À cause des courants, du vent et des marées, des blocs entrent souvent en collision, formant des « bouscueils »¨. C’est dans ce décor d’amoncellements de glace complètement hors du commun que notre hélicoptère se pose.

Bien emmitouflé dans un habit de survie, spécial banquise, nous voilà propulsés dans le merveilleux monde des bébés phoques, absolument irrésistibles dans leurs berceaux de glace. On se balade de l’un à l’autre pendant plus de deux heures sans se lasser de prendre en photo ces petites bêtes attachantes aux grands yeux noirs et aux longues moustaches.

Mes plus : le forfait comprend une visite très instructive au Centre d’interprétation du phoque sur l’île de Grande-Entrée, des balades en raquettes et en skis de fond, des sorties-photos au coucher du soleil et sous les étoiles ainsi que deux visites guidées des îles, réputées pour leurs maisons colorées et leurs habitants qui le sont tout autant! Sans compter la cuisine madelinote, l’une des meilleures du Québec.

Vous avez envie de vous laisser attendrir par les phoques du Groenland et leurs petits blanchons? Tous les détails ici.

Auteur Anne Pélouas

Laisser un commentaire
*

(0) commentaire