L’ornithologie aux Îles de la Madeleine

| 4 jours | Îles de la Madeleine

Nombre d'espèces : 313
Nombre d'espèces globalement menacées : 4
Nombre d'espèces éteintes : 2
Nombre d'espèces introduites : 3

*Source :  Avibase – La base ornithologique mondiale

Espèce en vedette
Le pluvier siffleur est une espèce menacée mondialement de disparition. Au Québec, elle ne niche qu’aux Îles de la Madeleine, sur les plages. Il est possible de l’observer de la fin avril à la mi-août.

Les Îles de la Madeleine abritent des centaines d’espèces d’oiseaux. Voici quelques lieux d’observation parmi les plus reconnus :

Itinéraire

Île de Grosse Île

1

Rocher-aux-Oiseaux

Situé à 30 km au nord de Grosse-île, le rocher-aux-Oiseaux a le statut de refuge d’oiseaux migrateurs. On peut s’y rendre lors d’une excursion en bateau au départ du port de Grosse-Île, mais il est impossible d’y débarquer. Chaque recoin de ses falaises est occupé! On y trouve des mouettes tridactyles, des goélands argentés, des petits pingouins, ainsi que des guillemots marmettes et des guillemots de Brünnich. C’est également là qu’on observe la deuxième plus importante colonie de fous de Bassan en Amérique-du-Nord, avec 7500 couples nicheurs.
 

Île Brion

Inhabitée depuis une cinquantaine d’années, l’île Brion est située à 15 km au large du port de Grosse-Île. En compagnie d’un guide naturaliste, vous pourrez partir à la découverte de cette réserve écologique, l’une des deux seules du Québec qui soient accessibles au public. On y trouve près de 140 espèces d’oiseaux! Les falaises de l’île abritent notamment des eiders à duvet, des macareux moine, des grands cormorans et des sternes arctiques, tandis que la forêt regroupe des grives à dos olive, des moucherolles à ventre jaune, des roitelets à couronne rubis, des troglodytes mignons et des parulines rayées.  

Île de la Pointe aux Loups et Île du Cap aux Meules

2

Dunes entre Pointe-aux-Loups et Grosse-Île 

En période migratoire, à marée basse, parcourez la route 199 entre Pointe-aux-Loups et Grosse-Île. Des milliers de bécasseaux, de chevaliers et de pluviers viennent s’y nourrir. Dans l’eau, on observe des cormorans à aigrettes, des goélands marins et des goélands argentés. Ouvrez l’œil et vous aurez peut-être la chance d’apercevoir un harfang des neiges ou une buse pattue sur les dunes ou les poteaux d’électricité!
 

L’Étang à Ben 

Au village de l’Étang-du-Nord, le chemin du Rivage longe cet étang reconnu pour sa faune ailée importante. On y voit régulièrement des grands hérons, des grèbes à bec bigarré, des martins-pêcheurs d’Amérique, des hirondelles de rivage, des hiboux des marais et des sauvagines. Le site sert également de halte migratoire printanière pour la bernache cravant.
 

Parc de Gros-Cap 

Accessible via le chemin du Camping, on trouve sur cette presqu’île des sentiers qui longent les falaises rouges et d’où il est possible d’apercevoir plusieurs espèces : martin-pêcheur d’Amérique, hirondelle de rivage, guillemot à miroir, sterne pierregarin, mouette de Bonaparte, grand chevalier, pluvier semipalmé et courlis corlieu.

Île d’Entrée

3

Seule île habitée à ne pas être reliée au reste de l’archipel, l’île d’Entrée est accessible par le traversier N.M. Ivan-Quinn ou en bateau d’excursion. Pour l’observation des oiseaux, rendez-vous au sentier Ivan-Quinn, qui vous mènera jusqu’au plus haut sommet des Îles, Big Hill, ou au pâturage communautaire. Vous y verrez surtout des espèces marines telles que la mouette tridactyle, le grand cormoran, le cormoran à aigrettes, le petit pingouin et le guillemot à miroir. 

Île du Havre Aubert

4

Lagune du Havre-aux-Basques 

Entre l’île du Cap aux Meules et l’île du Havre Aubert, le niveau de l’eau a diminué considérablement depuis la construction de la route 199, ce qui a contribué à créer des petits îlots, utilisés par plusieurs espèces pour la nidification. Ainsi, des colonies de sauvagines, de mouettes rieuses et de mouettes de Bonaparte y ont élu domicile. On y trouve également plusieurs nids de pluviers siffleurs, une espèce menacée. Les vasières crées par la baisse de l’eau dans ce secteur attirent, quant à elles, les espèces limicoles qui viennent s’y nourrir en période de migration. 
 

Pointe-des-Canots et Dune de l’Ouest

Pour s’y rendre, on emprunte le chemin du Bassin et le chemin de la Montagne sur l’île de Havre-Aubert, puis deux routes non pavées (chemin de la Pointe-des-Canots et chemin de la Dune de l’Ouest) qui donnent accès aux sites. À la Pointe-des-Canots, on observe surtout des oiseaux forestiers, limicoles, ainsi que des sauvagines. Également, il n’est pas rare d’y voir des harles et des buses pattues. L’étang de l’Ouest abrite quant à lui le plongeon huard et le grèbe à bec bigarré, tandis que les prairies qui l’entourent servent d’habitat aux hiboux des marais et aux bruants de Nelson.

Pour plus d’information, visitez le site de Tourisme Îles de la Madeleine.