Le blogue du Québec maritime

Tourisme durable : des actions concrètes dans nos régions
  • Parc national de la Gaspésie
    Mathieu Dupuis/Le Québec maritime

Tourisme durable : des actions concrètes dans nos régions

Saviez-vous que 2017 a été proclamée année internationale du tourisme durable par les Nations Unies? Dans un territoire de grande nature comme le nôtre, il n’est pas étonnant de voir plusieurs établissements d’hébergement et attraits mettre de l’avant des mesures concrètes en ce sens. Voici quelques exemples d’initiatives favorisant le développement durable dans les régions maritimes du Québec.

Des hébergements écologiques

Pour les amoureux du plein air, rien de mieux qu’un hébergement construit en harmonie avec la nature :

  • Les « Tiny Houses » du Domaine Floravie : Ces chalets en bois sur roues sont entièrement mobiles, ce qui permet de les installer à proximité du Saint-Laurent l’été et à l’abri des marées à l’automne. L’intérieur respecte plusieurs principes écologiques : utilisation d’énergie solaire, douche et toilette à compost, etc.
  • Les îles de la Société Duvetnor : Milieux préservés au cœur du Saint-Laurent, l’île du Pot à l’Eau-de-Vie et l’île aux Lièvres offrent divers types d’hébergement : camping, auberge, chalet et phare… Plusieurs mesures de protection y sont mises en place : sauvegarde de la faune (dont plusieurs espèces d’oiseaux), traitement des eaux de pluie, etc.
  • Les éco-logis sur pilotis de Cime Aventures : En pleine forêt gaspésienne, ces petites unités reliées entre elles par des passerelles de bois vous charmeront à coup sûr, sans compter la gamme d’activités offertes sur le site : canot, kayak, rabaska et plus!
  • Les cabanes ou bulles perchées de Canopée Lit : Peu importe l’option choisie, vous aurez une nuit douillette et une vue apaisante sur la cime des arbres de ce domaine forestier. En plus de vous procurer un hébergement autonome en énergie, on y favorise l’utilisation de produits locaux pour les petits déjeuners!
  • Les nichoirs du Parc nature de Pointe-aux-Outardes : L’intérieur de ces installations de prêt-à-camper rustique est inspiré par les matériaux utilisés par les oiseaux pour la construction de leurs nids! De plus, le site assure la préservation de 8 écosystèmes et met en valeur la culture innue de la région.
  • Les Salines du Parc de Gros-Cap : Inspirées des anciennes cabanes de pêcheurs, ces installations de type prêt-à-camper sont des plus originales! Et elles vous permettent de voyager sans emporter votre équipement de camping!

Des sites naturels préservés

Les régions du Québec maritime comptent 10 parcs nationaux qui ont pour mission de valoriser la faune et la flore de leur territoire et de favoriser les découvertes dans le respect du milieu naturel. Dans chacun de ces parcs, plusieurs mesures en lien avec le développement durable sont mises de l’avant, pour la sauvegarde du patrimoine naturel, le maintien de l’intégrité écologique et l’intégration de préoccupations environnementales, sociales et économiques dans leur mise en valeur et dans les expériences offertes aux visiteurs.

Par exemple, dans le parc marin du Saguenay – Saint-Laurent, on favorise l’observation éco-responsable des baleines via l’Alliance Éco-Baleine qui réunit le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), des entreprises d’excursion ainsi que Parcs Canada et la SÉPAQ. On peut aussi penser à :

Du côté de la Côte-Nord, l'Unesco a aussi déclaré une partie de la région « réserve mondiale de la biosphère ». Ainsi, la réserve mondiale de la biosphère de Manicouagan-Uapishka sensibilise les visiteurs  aux dimensions environnementale, sociale et économique de ce secteur. Plus à l’est dans la région, l’archipel des Sept Îles abrite le plus important sanctuaire d’oiseaux marins à l’est du Canada, sur l’île du Corossol. Les bateliers qui vous mèneront dans l’archipel devront ainsi respecter une distance d’au moins 500 mètres de cette île.

La faune ailée des Îles de la Madeleine trouve quant à elle refuge dans la réserve nationale de faune de la Pointe-de-l’est. Ce territoire protégé par le Service canadien de la faune abrite ainsi nombre de canards et d’oiseaux de rivage, en plus d’accueillir le pluvier siffleur et le grèbe esclavon – deux espèces menacées – en période de nidification.

Présentes tant au Bas-Saint-Laurent qu’en Côte-Nord, les Croisières AML travaillent à réduire l’empreinte de leurs opérations sur la biodiversité, grâce à diverses actions dont :

  • Co-fondation de l’Alliance Éco-Baleine;
  • Réduction de la consommation de carburant par un changement au niveau des moteurs de leurs navires et une nouvelle technologie de contrôle électrique;
  • Réduction de la consommation d’eau par une modification au système de gestion des eaux usées.

Le sentier international des Appalaches, en Gaspésie, est aussi l’un des projets concrets sur le plan du développement durable, notamment par sa récente homologation à titre de premier sentier GR (Grande Randonnée) en Amérique du Nord. L’organisme respecte les 7 principes Leave no trace/Sans trace Canada, dont l’utilisation des zones fréquentées pour protéger la flore, ainsi que la gestion des déchets des randonneurs. Le sentier passe notamment par le parc national Forillon, le parc national de la Gaspésie et la réserve faunique de Matane. C’est d’ailleurs dans cette dernière qu’on trouve l’Auberge de montagne des Chic-Chocs, dont le bâtiment perché à quelque 615 m d’altitude est conçu pour s’intégrer au paysage. Non reliée au réseau électrique national, l’auberge est alimentée par des génératrices, appuyées de panneaux solaires.

À l’extrémité est de la péninsule, le Géoparc mondial UNESCO de Percé propose des activités de plein air et de divertissement mettant en valeur les richesses géologiques des monts Sainte-Anne et Blanc, le tout en harmonie avec le milieu existant.

Plus à l’ouest en Gaspésie, les Jardins de Métis ont quant à eux mis en place diverses mesures que vous serez à même de constater sur place :

  • Saines pratiques de culture (aucun produit chimique, irrigation avec de l’eau non potable, etc.);
  • Utilisation de moutons, les « moutondeuses »,  pour entretenir de larges superficies de terrain;
  • La maison ERE 132, un centre d’interprétation sur l’écoconstruction, lui-même bâti selon un modèle d’habitation écologique abordable et adapté à notre climat nordique.

En cuisine

Toujours du côté des Jardins de Métis, le restaurant de la Villa Estevan vous propose une cuisine originale, mettant en vedette des végétaux cultivés sur place. Envie de faire de nouvelles découvertes culinaires? Recherchez le logo Fourchette bleue dans les restaurants et poissonneries de nos régions. Les établissements qui adhèrent à ce programme sont particulièrement sensibles au développement durable du Saint-Laurent et valorisent des produits méconnus et pêchés de façon responsable. Activité économique principale des Îles de la Madeleine, la pêche y est tout de même fortement réglementée. Ainsi, la pêche au homard est en tout temps interdite aux visiteurs (et est strictement contrôlée pour les pêcheurs!). Vous pourrez par contre vous adonner à la pêche aux coques (myes) sur les rivages des lagunes, en respectant certaines zones interdites.

En vrac…

La liste des mesures en termes de tourisme durable est longue et il serait impossible de tout énumérer. Voici d'autres éléments intéressants en rafale :

  • Les dunes, qui font partie intégrante du paysage des Îles de la Madeleine, forment un milieu fragile et essentiel à l’équilibre écologique de l’archipel, en offrant notamment une protection contre la contamination de la nappe d’eau douce. La circulation motorisée y est donc interdite et la circulation à pied, à éviter. Optez plutôt pour les sentiers aménagés!
  • L'organisme Les Événements gaspésiens regroupe 10 événements qui misent sur la durabilité et la mise en valeur de la culture gaspésienne. Parmi ceux-ci, notons le Festival Musique du Bout du Monde à Gaspé, la Traversée de la Gaspésie, le village en chanson de Petite-Vallée et le festival La Virée de Carleton-sur-Mer;
  • On trouve désormais plusieurs bornes de recharge pour véhicules électriques dans nos 4 régions;
  • À Tadoussac, il est possible de louer des vélos électriques. De plus, le visiteur peut obtenir une carte indiquant l’emplacement des stationnements disponibles en visitant le site Web tadoussac.com, encourageant ainsi les déplacements à pied ou à vélo;
  • Voyages CoSte offre des forfaits en Minganie, Anticosti et en Basse-Côte-Nord qui misent sur l’environnement naturel et humain, pour une expérience des plus authentiques.

Bien entendu, ce ne sont là que quelques exemples qui démontrent l'importance du développement durable dans nos régions. Avez-vous remarqué d'autres initiatives de ce genre lors de votre dernier voyage chez nous?

Auteur Anne-Josée Pineau

Native du Bas-Saint-Laurent, Anne-Josée Pineau est une amoureuse de son coin de pays et elle ne se fait pas prier pour le faire découvrir aux autres. Jamais bien loin du bord de mer, elle est fascinée par les phares et pourrait bien se nourrir uniquement de fruits de mer! Sur le blogue du Québec maritime, elle aime vous présenter les attraits les plus originaux de nos régions, vous faire saliver en parlant des saveurs locales et vous intriguer en vous révélant quelques beautés cachées de notre territoire. Bref, elle souhaite vous donner une foule d’idées pour que vos vacances soient inoubliables!

Laisser un commentaire
*

(0) commentaire