Le blogue du Québec maritime

À la rencontre des phoques avec Cap Aventure
  • Kayak de mer en Gaspésie avec Cap Aventure
    Le Québec maritime

À la rencontre des phoques avec Cap Aventure

Au programme ce matin : une sortie de trois heures en kayak de mer avec Cap Aventure afin d’aller observer les phoques sur la baie de Gaspé. Je me rends donc au lieu de rendez-vous : la plage de Cap-aux-Os, située à moins de 500 mètres de l’Auberge internationale Forillon. Durant la haute saison, les départs se font du quai de Grande-Grave, dans le parc national Forillon.

Une fois tous les participants arrivés, Serge, le propriétaire de l’entreprise, nous donne les consignes de sécurité, ainsi qu’un petit cours rapide sur le maniement des pagaies et la position à adopter dans le kayak pour assurer notre confort tout au long de l’excursion. Nous sommes onze dans le groupe et nous avons deux guides; Serge est en kayak simple, tandis que Marc-André prend place dans un kayak tandem en compagnie d’un jeune client.

Et c’est la mise à l’eau! Même si le ciel est nuageux, le temps est agréable, le vent à peu près nul et la mer bien calme. Première chose qui me surprend : l’eau est chaude. Elle aurait atteint les 20 degrés durant l’été.

Serge nous indique la direction de l’échouerie de phoques, notre destination. Il nous précise que l’on trouve dans la baie des phoques gris et des phoques communs et que la population est estimée à quelque 600 individus en combinant les deux espèces. Le décor est superbe. Nous longeons des falaises de grès et nous profitons d’une magnifique vue sur le côté sud de la baie.

Kayak GaspésieNous voyons les premiers phoques au loin. Des petites têtes pointent hors de l’eau, affichant un regard empreint de curiosité. Nous arrivons à l’échouerie en tant que telle. Deuxième chose qui me surprend : le nombre de phoques. Tout le long du rivage, nous pouvons voir des phoques communs se prélasser sur les rochers. Nous gardons une distance sécuritaire pour éviter de les effrayer et de précipiter leur retour à l’eau, tandis que ceux déjà à l’eau viennent nous voir. Et ils viennent très près; l’un d’eux va même renifler le cabillot (la poignée à l’arrière) du kayak de Serge. Un autre émerge à moins d’une trentaine de centimètres de notre kayak. Il est trop vif pour moi; je n’ai pas le temps de sortir mon appareil photo!

Kayak GaspésiePuis, peu à peu, les phoques communs laissent la place aux phoques gris, plus gros. Serge nous explique que, contrairement aux phoques communs qui passent l’année dans la baie de Gaspé, les phoques gris passent l’hiver dans la région de l’île de Sable, au large de la Nouvelle-Écosse, et reviennent de leur migration en juin. Dès leur arrivée, ils n’hésitent pas à tasser littéralement les phoques communs pour s’approprier les plus belles roches. La loi du plus fort!

Troisième chose qui me surprend : le son. Les phoques gris ont un hurlement particulier qui ressemble à celui du loup – il faut l’entendre pour le croire. C’est d’ailleurs ce qui leur a valu leur nom de « loup marin ».

Après avoir fait demi-tour pour rentrer, nous avons devant nous la ville de Gaspé tout au fond de la baie, située dans un décor unique, entourée de montagnes. Vraiment magnifique! En repassant devant l’échouerie, nous voyons plusieurs jeunes phoques, encore blanchâtres même s’ils ne sont plus vraiment des blanchons. Nous remarquons, amusés, l’un d’eux couché sur le côté qui fait un mouvement avec sa nageoire, un peu comme s’il nous envoyait la main. C’est le clou de cette superbe sortie!

Soit dit en passant, outre la sortie Rencontre avec les phoques, Cap Aventure propose des sorties plus longues sur la baie de Gaspé ainsi que des sorties Couchers de soleil. Quelle que soit la sortie choisie, je vous recommande fortement de faire l’expérience de cette activité accessible à tous, vous en reviendrez, comme moi, émerveillé!

Pour information :
www.quebecmaritime.ca/capaventure

Auteur Jean-Pascal Côté

Traducteur agréé et grand amateur de plein air, Jean-Pascal travaille comme rédacteur et traducteur pigiste à partir de son Bas-Saint-Laurent natal. Il s’évade régulièrement en vélo de route, de cyclotourisme et de cyclocross, en ski dans les montagnes de la région ou de l'ouest du pays, ou encore en kayak de mer sur le fleuve Saint-Laurent. Il entretient constamment mille et un projets de voyage. Il tient également un blogue portant sur ses escapades en cyclotourisme qu’il alimente sur une base, de son propre aveu, très irrégulière.

Laisser un commentaire
*

(0) commentaire