Le blogue du Québec maritime

Le Témiscouata à moto : une foule de sensations
  • Le Témiscouata est un paradis pour les motocyclistes
    5Mphotographie

Le Témiscouata à moto : une foule de sensations

Traverser un pays en moto, c’est découvrir un lieu avec tous ses sens : la gravité des courbes, les odeurs, les variations de température, les bourrasques de vent, la lumière changeante. Assise à l'arrière d'une moto, ou les deux mains bien fermement sur le guidon, mes yeux ne se rassasient jamais de paysages scéniques et des beautés vertigineuses dont les photographies ne peuvent reproduire au centième près la vaste étendue du territoire québécois. C'est donc sur deux roues que nous avons décidé d'explorer le monde, de découvrir en boucle la région du Témiscouata, au Bas-Saint-Laurent, en partance de Rimouski.

Au lever du soleil, nous voilà sur le dos de la Beautiful (notre Ducati Multistrada). Le premier pas de danse est lancé. Sous la resplendissante lumière matinale, nous dévalons la route de St-Guy qui croise la pourvoirie Nicolas-Riou. C'est aujourd'hui le début du retrait vers les terres intérieures.

Nous percevons, bien avant de se les mettre sous les yeux, l'odeur familière de sapinage typique de ces sentiers hors route de la région. C'est avec prudence, suite à la vue des quelques chevreuils nerveux et d'un ourson noir nonchalant, que nous filons. Les vents parfois chauds, parfois glacials, et les nuages humides que nous ressentons avec tout notre corps éveillent en nous de doux souvenirs de camps de vacances.

Nous suivons la route 296, puis la route 232 vers Saint-Michel-de-Squatec parmi les conifères verdoyants. Tout au loin, voici apparaître une collection d'innombrables courbes sur le bitume tout neuf qu'offre le parc national du Lac-Témiscouata, un paradis encore méconnu des motocyclistes.

Le vent, le bruit du moteur qui gronde, les courbes infinies qui nous font danser se succèdent sur une vingtaine de kilomètres, de l'entrée du parc dans le secteur Squatec jusqu'aux abords du majestueux lac Témiscouata.

Par pur plaisir nous dévalons la série de courbes dans ce décor de fin d'été. Puis le soir venu, nous nous laissons crouler de bonne fatigue, de satisfaction et de contentement devant ce mariage parfait entre les vastes sentiers de forêt des monts Notre-Dame et le calme du lac Témiscouata. Nous profitons de la vue du lac que nous avons vu s'éteindre une dernière fois au coucher du soleil, avant de nous retirer dans notre tente Huttopia.

Au petit matin, la série de courbes se poursuit en direction de Saint-Juste-du-Lac. Notre valse à deux se terminera par une belle route de gravier tout illuminée qui enjambe aussi quelques cours d'eau. En tricotant à travers les routes secondaires, nous rejoignons la route 295 pour atteindre la petite ville de Dégelis. Les abords du lac nous invitent à nous y arrêter quelques instants afin de nous dégourdir les jambes et profiter des lieux paisibles.

À plus grande vitesse, nous prenons la route Transcanadienne. Quoique plutôt droite, elle nous permet par contre de contempler de plus haut l'immensité du lac Témiscouata. C'est la petite municipalité de Cabano (Témiscouata-sur-le-Lac) qui est l'élue de notre pause découverte/petit-déjeuner bien méritée. Quoique gîtes et tables gastronomiques nous parlent doucement, c'est à la fromagerie Le Détour et leur bel étalage de produits du terroir que nous trouvons fromages primés très alléchants et baguettes de pain à nous mettre sous la dent.

Quelques kilomètres plus loin, nous retrouvons la sinueuse route 295 vers Lots-Renversés pour ensuite mettre le cap sur Auclair. La petite route menant à l'érablière du Domaine Acer nous accueille par sa vue imprenable sur la cime des ses érables dont les feuilles sont sur le point de rougir. Nous grimpons sur deux roues, un peu plus haut sur la route du rang 6, pour explorer ce territoire coloré.

L'érablière du Domaine Acer se spécialise non seulement dans la production de sirop d'érable de grande qualité, mais également dans la conception de boissons alcoolisées issues de la vinification de la sève d’érable. C'est un véritable musée de l'érable dans le décor chaleureux des bâtiments de bois. À la fin de la visite guidée, une dégustation très attendue de leurs produits fins a permis à nos papilles de saisir toute cette passion qui les anime. Les valises de la moto maintenant alourdies par les quelques bouteilles de Charles-Aimé Robert et de Val Ambré, nous mettons le cap sur Rimouski.

Nous décidons de remonter le courant tranquillement par la route 295 Nord, puis la 293 vers Saint-Jean-de-Dieu pour saluer du regard le fascinant château de cannettes qui fait pignon sur rue.

À la croisée des chemins, nous adorons prendre le 4e rang Est qui passe par le joli village de Sainte-Françoise pour terminer notre escapade par le chemin du Lac Saint-Mathieu.

Tout de suite après le vignoble Le Domaine du Lac où il est possible de s'arrêter, nous terminons notre foulée des derniers jours par le magnifique 3e rang Ouest vers le secteur du Bic. Nous savourons de tous nos sens une dernière fois les paysages pittoresques entre le fleuve, les montagnes bordées d'arbres du parc national du Bic et les champs aux parcours vallonneux.

Laisser un commentaire
*

(0) commentaire