Le blogue du Québec maritime

Préparer votre voyage au Bas-Saint-Laurent
  • En vélo au Bas-Saint-Laurent
    Nicolas Gagnon / Tourisme Bas-Saint-Laurent

Préparer votre voyage au Bas-Saint-Laurent

Tout ce que vous devez savoir

Région très diversifiée, cette réserve mondiale de bon temps est alignée sur le Saint-Laurent, le long duquel se succèdent villages coquets, îles enchanteresses, phares riches en histoire et points de vue qui vous feront rêver (attendez de voir les magnifiques couchers de soleil!). Prenez le temps également de découvrir son haut-pays dont les paysages ruraux et forestiers vous émerveilleront tout autant.

Comment s’y rendre

La route des Navigateurs à la hauteur de KamouraskaCrédit photo : Nicolas Gagnon / Tourisme Bas-Saint-Laurent

Si vous arrivez de Québec ou de Montréal, empruntez la route 132 et suivez la route des Navigateurs qui longe la rive sud du Saint-Laurent de La Pocatière jusqu’à Sainte-Luce, un pittoresque village situé à une vingtaine de kilomètres à l’est de Rimouski. Faites escale aux nombreux points d’intérêt culturels, culinaires et maritimes qui jalonnent la route, ou ancrez-vous quelques jours à l’un des nombreux sites accrocheurs afin de profiter pleinement des panoramas exceptionnels et de pratiquer des activités des plus variées.

Si vous arrivez plutôt des Maritimes, suivez la route des Frontières. Il s’agit de la route 289 qui va de Saint-Jean-de-la-Lande à Saint-André-de-Kamouraska et dont le trajet longe la frontière du Nouveau-Brunswick et du Maine. Laissez-vous guider par les colonnes Morris que vous trouverez dans chaque municipalité traversée par la route et découvrez les attraits ainsi que la riche histoire de chacune.

Avis aux motocyclistes : la route 289 fait partie d’un populaire trajet de mototourisme, le circuit de la route des Frontières et des Lacs, que l’on peut relier à un autre itinéraire semblable, le circuit des Aboiteaux et des Plateaux.

La région est également très prisée des cyclistes. D’une longueur de 134 km et réservé exclusivement aux piétons et cyclistes, le Parc linéaire interprovincial Petit Témis suit une ancienne voie ferrée reliant Rivière-du-Loup à Edmundston, au Nouveau-Brunswick. Il s’agit d’un tronçon parfait pour les cyclotouristes grâce, entre autres, aux sites de camping aménagés à intervalles réguliers.

La nature sous toutes ses coutures

Les possibilités d’activités de plein air ne manquent pas au Bas-Saint-Laurent. Si vous recherchez des séjours multiactivités, le centre de villégiature Pohénégamook Santé Plein Air propose des activités nautiques comme le canot, le kayak, la voile et la descente de rivière, ainsi que l’escalade, la randonnée pédestre et le vélo, en plus de l’interprétation du milieu naturel. De son côté, le Domaine Valga se démarque, en plus de son réseau de sentiers de randonnée pédestre, de vélo et de quad, par son parc de sentiers aériens « La Forêt de Maître Corbeau » qui promet des sensations fortes à tous, petits et grands! Fait intéressant à souligner, les deux établissements proposent de l’hébergement sur place.

Randonnée au parc national du BicCrédit photo : Mathieu Dupuis / Sépaq

Amateurs de randonnée, de vélo ou de kayak de mer, et adeptes de plein air en général, vous serez charmés par le parc national du Bic. Venez parcourir ses anses, ses îles et ses contours, tant sur la terre ferme que par la mer. Ouvrez l’œil : vous apercevrez sans doute quelques phoques communs sortir furtivement la tête de l’eau ou se prélasser au soleil sur les rochers.

Saviez-vous que l’un des plus grands lacs au sud du Saint-Laurent se trouve au Bas-Saint-Laurent? Le lac Témiscouata a une superficie totale de 67 km2 et près de la moitié de ses rives sont aujourd’hui protégées par le parc national du Lac-Témiscouata. Celui-ci abrite un échantillon représentatif des monts Notre-Dame et forme un havre parfait pour la pratique du canot et de la randonnée ainsi que pour l’observation de la nature. Le potentiel du secteur a d’ailleurs été remarqué à la fin des années 1920 par le légendaire Grey Owl qui y a vécu durant trois ans.

Toujours dans le haut-pays, venez vivre une « descente aux enfers » près de Saint-Narcisse-de-Rimouski, en descendant quelque 300 marches pour accéder à la rivière Rimouski dans le passage étroit du Canyon des Portes de l’Enfer, dont la profondeur atteint près de 90 mètres. Vous pouvez aussi admirer l’impressionnant canyon à partir de la passerelle suspendue d’une hauteur de 63 mètres, la plus haute du genre au Québec!

Pour un autre type de spectacle naturel, le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent compte parmi les meilleurs endroits au monde pour l’observation des baleines. Venez les observer de près dans le cadre d’une excursion de Croisières AML dans le confort d’un navire. Après votre croisière, prenez le temps de faire une pause pique-nique au Parc des Chutes de Rivière-du-Loup. Vous pourrez y admirer les chutes hautes de 33 mètres dans un magnifique environnement, à quelques pas du centre-ville.

Une autre option intéressante pour l’observation des baleines est de passer une nuit en camping ou en chalet sur l’île aux Lièvres, exploitée par la Société Duvetnor, où vous entendrez peut-être le souffle des mammifères marins tout près. L’insulaire en vous appréciera également une escapade sur l’île Saint-Barnabé, où vous pouvez aussi camper dans la plus grande tranquillité, après avoir dégusté un savoureux repas en plein air devant le soleil couchant, point culminant d’une belle journée de randonnée sur l’île.

S’imprégner de la culture et du patrimoine des Bas-Laurentiens

Le phare de Pointe-au-PèreCrédit photo : Pietro Canali

Art, culture et histoire, voilà trois éléments très présents au Bas-Saint-Laurent.

Les amateurs de patrimoine maritime seront comblés au Site historique maritime de la Pointe-au-Père. Gravissez les marches du phare érigé en 1909 et admirez la vue à partir de l’une des plus hautes structures du genre au Canada. Après les hauteurs, passez aux profondeurs en entrant dans le sous-marin Onondaga, long de 90 mètres, pour découvrir la vie des membres de l’équipage qui y vivaient entassés tout au long de missions qui duraient parfois des mois. Terminez votre visite du site au musée Empress of Ireland qui vous révélera tous les secrets de ce navire, de sa construction en 1906 jusqu’à son naufrage au large de Pointe-au-Père en 1914, faisant 1012 victimes et comptant parmi les grandes catastrophes maritimes du début du XXe siècle.

Pour en apprendre davantage sur d’autres volets de l’histoire régionale ou sur les sciences, ou encore pour admirer des œuvres d’art contemporain, arrêtez-vous au musée régional de Rimouski. Venez voir ses expositions dignes des grands musées dans l’enceinte de la première église de pierre de la ville.

Enfin, en plus de compter plusieurs théâtres et salles de spectacles d’une qualité remarquable, le Bas-Saint-Laurent propose de nombreux événements culturels, festivals, salons et autres célébrations de la culture. Mentionnons Les Grandes Fêtes TELUS en juillet à Rimouski, les Concerts aux Îles du Bic en août, le Festi jazz international de Rimouski en septembre et Noël chez nous à Rivière-du-Loup en novembre. Mêlez-vous à la foule et appréciez le dynamisme des gens de la région!

Les artisans : un plaisir pour les yeux et les papilles

Le Domaine Acer, où les produits de l'érable sont à l'honneurCrédit photo : Tanya Paquet

Les artisans du Bas-Saint-Laurent rivalisent d’imagination pour vous proposer des produits de qualité des plus originaux. Les exploitants de l’une des nombreuses érablières de la région, le Domaine Acer, situé à Auclair, dans le Témiscouata, ont poussé l’audace en élaborant diverses boissons alcoolisées inspirées de l’érable. Ne manquez pas d’y faire un détour : dégustez ses liqueurs fines ainsi qu’un vaste éventail d’autres produits dérivés de l’érable et visitez l’Économusée de l’acériculture afin de tout savoir sur cette culture typiquement québécoise.

Si vous êtes un amateur de produits fins doublé d’une dent sucrée, vous serez conquis par les chocolats, caramels, tartinades, confiseries et autres divins produits de La Fée Gourmande, à Kamouraska, de même que par les pâtisseries et chocolats fabriqués de façon artisanale et la gamme de pains et viennoiseries des Pâtisseries et Gourmandises d’Olivier, à La Pocatière.

Pour le plus grand plaisir des gastronomes, les produits du terroir sont en vedette dans plusieurs restaurants et auberges de la région dont la qualité de la table est hautement reconnue, notamment le café-bistro Côté Est à Kamouraska, l’Auberge du Mange Grenouille au Bic, l’Auberge du Chemin Faisant à Témiscouata-sur-le-Lac et l’Auberge du Portage à Notre-Dame-du-Portage.

Et l’hébergement au Bas-Saint-Laurent?

L'Auberge du Mange Grenouille au Bic (Rimouski)Crédit photo : Simon Jutras / Auberge du Mange Grenouille

Les possibilités d’hébergement au Bas-Saint-Laurent sont à l’image de la région : diversifiées. Hôtels, auberges, diverses options de camping notamment en formule prêt-à-camper dans les parcs nationaux ou sur une île « déserte », chalets de formes des plus variées, gîtes, maisons de gardien de phare, yourtes, etc. Vous y trouverez de tout, en fonction de votre budget et de vos attentes, que vous ayez l’esprit douillet ou aventurier. Outre les établissements donc nous avons parlé précédemment, vous pourriez envisager de séjourner au Domaine Floravie, à l'Hôtel Rimouski, au Motel Bienvenue, à Place Lemieux, au Camping Rimouski et Motel de l'Anse, ou Au Refuge du Vieux Loup de Mer qui sont situés à Rimouski, aux maisons du phare de l'île Verte ou encore à l'Hôtel Universel ou à l'Auberge de l’Anse à Rivière-du-Loup. Consultez le répertoire pour constater les différentes possibilités.

Quels que soient vos goûts et intérêts, vous trouverez de quoi les combler durant vos vacances au Bas-Saint-Laurent. Consultez notre répertoire et commencez votre planification dès aujourd’hui!  

Auteur Jean-Pascal Côté

Traducteur agréé et grand amateur de plein air, Jean-Pascal travaille comme rédacteur et traducteur pigiste à partir de son Bas-Saint-Laurent natal. Il s’évade régulièrement en vélo de route, de cyclotourisme et de cyclocross, en ski dans les montagnes de la région ou de l'ouest du pays, ou encore en kayak de mer sur le fleuve Saint-Laurent. Il entretient constamment mille et un projets de voyage. Il tient également un blogue portant sur ses escapades en cyclotourisme qu’il alimente sur une base, de son propre aveu, très irrégulière.

Laisser un commentaire
*

(0) commentaire