Le blogue du Québec maritime

Voyage sur la Côte-Nord : Visite au Parc Nature de Pointe-aux-Outardes
  • Faites un détour du côté de Pointe-aux-Outardes et vous vous trouverez aux premières loges des berges du Saint-Laurent
    Dany Coulombe / Parc nature de Pointe-aux-Outardes

Voyage sur la Côte-Nord : Visite au Parc Nature de Pointe-aux-Outardes

Au cœur du secteur de la péninsule de Manicouagan se terre un petit bijou de territoire naturel : le Parc Nature de Pointe-aux-Outardes. Il est situé à environ 15 minutes de la route 138 et, croyez-moi, il vaut le détour.

10 km de sentiers sillonnent l’ensemble de ces milieux naturels©Dany Coulombe / Parc nature de Pointe-aux-Outardes

Dès que j’atteins les berges du Saint-Laurent, je comprends que je me trouve sur un site où je peux amplement profiter de la mer. Le temps est gris et incertain, mais la pluie a cessé. Qu’à cela ne tienne, je me suis bien vêtue pour pouvoir profiter de mon après-midi! À mon arrivée, je suis accueillie par Denis Cardinal, le directeur du site. Nous convenons de parcourir le sentier Le contemplatif qui nous permettra de visiter 4 des 8 écosystèmes du parc : la forêt boréale, le marais salé (le 2e plus grand de l’estuaire maritime du Saint-Laurent), la plage et les dunes. Nous irons également rendre visite à Wabush, un Innu qui nous proposera une activité d’interprétation sur les coutumes d’hier et d’aujourd’hui des communautés innues du territoire (Vous en croiserez plusieurs sur votre périple sur la 138!).

Huit écosystèmes distincts se succèdent, de la forêt boréale jusqu’aux battures et aux plages©Dany Coulombe / Parc nature de Pointe-aux-Outardes

Dès nos premiers pas dans la forêt, je suis impressionnée par la végétation variée. Marcher dans les sentiers de Pointes-aux-Outardes, c’est une expérience où tous nos sens sont mis à profit : la diversité des couleurs de la végétation, le bruit apaisant des vagues, l’odeur épicée de certaines plantes, la terre parfois spongieuse ou granuleuse sous nos bottes de randonnée et même les quelques trouvailles comestibles dégustées sur notre chemin. Point de vigilance ici : avant de goûter quoi que ce soit, assurez-vous de vérifier auprès du guide s’il s’agit d’une plante ou d’un fruit comestible. Moi-même, je croyais avoir repéré des bleuets qui étaient plutôt…, une plante toxique.

Denis me fait découvrir plein d’espèces végétales et nous sommes choyés par la multitude de champignons qu’il nous est permis d’observer sur notre chemin. À un certain moment, nous croisons même 2 perdrix qui « pigrassent » sur un des sentiers.

255 espèces d’oiseaux sont présentes©Dany Coulombe / Parc nature de Pointe-aux-Outardes

Rapidement, nous atteignons la tour d’observation du marais salé. Munissez-vous de jumelles pour pouvoir profiter de belles observations d’oiseaux. Pendant la quinzaine de minutes où nous nous y trouvons, nous observons un grand héron, des canards au loin et même un oiseau de proie qui semble être un épervier ou un busard Saint-Martin.

Par la suite, nous revenons par la plage. L’eau est calme et nous permet vraiment de profiter du moment. Denis m’explique qu’on peut faire bien des trouvailles dans les débris sur la plage, dont de la vitre polie et des morceaux de vaisselle provenant des anciennes maisons de la pointe ou encore des bateaux naufragés dans le secteur. On peut également y trouver de nombreux coquillages et carapaces d’espèces vivant dans les eaux du Saint-Laurent : moules bleues, buccins, palourdes, crabes, etc. Pendant notre marche sur la plage, nous apercevons plusieurs oiseaux de proie qui survolent les dunes tout près de nous : un busard et même un faucon pèlerin qui se fait attaquer par un épervier.

Ah oui, je dois vous parler un peu de ma visite à Wabush. Je n’ai pas assisté à toute l’activité d’interprétation, mais il m’a dit que, pendant 1 h 30, il nous explique la culture innue à travers les bêtes, les habitations et les personnes-clés de la communauté. C’est fascinant de voir que, même aux temps modernes, plusieurs traditions demeurent ancrées chez ces autochtones.

Le calme, la beauté et la découverte d’une nature intacte et généreuse, c’est ce que le Parc nature vous offre©Dany Coulombe / Parc nature de Pointe-aux-Outardes

Au terme de ma visite, ce qui me fascine, outre la beauté du site où l’on pourrait facilement passer plusieurs jours, c’est de voir que la communauté de Pointe-aux-Outardes s’est approprié ce coin de nature et réussit à le faire vivre au gré des nombreux projets qui y voient le jour.

Des projets, Denis et son équipe en ont plein la tête : cette année, on verra apparaître des maisonnettes construites tels des nichoirs, où les visiteurs pourront séjourner en formule prêt-à-camper. Aussi, un jardin d’oiseaux a été conçu pour présenter les plantes dont s’alimentent les nombreux oiseaux présents dans le secteur.

Sur votre route en Côte-Nord, en direction ou au retour de Baie-Comeau, faites un détour du côté de Pointe-aux-Outardes et vous vous trouverez aux premières loges des berges du Saint-Laurent, où vous pourrez vous laisser envelopper par l’embrun marin.

Auteur Tanya Paquet

Laisser un commentaire
*

(0) commentaire