Le blogue du Québec maritime

À pied sur la Côte-Nord, le paradis!
  • Basse-Côte-Nord
    Anne Pélouas

À pied sur la Côte-Nord, le paradis!

Je l’avoue : j’ai un faible pour la marche au bord de l’eau. Mes plus beaux souvenirs de randonnée au Québec sont avec vue sur le fjord du Saguenay, l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent, tous sur la Côte-Nord! Parole de fan de la marche à pied, cette région qui court de Tadoussac à Blanc-Sablon regorge de possibilités pour faire de la randonnée pédestre, courte ou longue, en terrains variés. Côté mer, fjord ou terre? Vous n’aurez que l’embarras du choix… Coups de cœur garantis.

Entre fjord et estuaire

En longue randonnée, j’ai adoré arpenter durant quatre jours, un été, l’exigeant sentier du fjord, dans le parc national du Fjord-du-Saguenay. De la baie Sainte-Marguerite à Tadoussac, il n’en finit pas de monter et descendre en épousant le relief du bord du fjord. De nombreuses échappées visuelles dans le couvert forestier agrémentent la progression des marcheurs vers un site de camping ou un refuge. Quasiment les pieds dans l’eau, ils sont toujours admirablement situés pour l’arrêt du soir. Au passage, il n’est pas rare de voir nager des bélugas à faible distance. On peut bien sûr écourter les séjours, à condition de faire un aller-retour sur le sentier.

À Tadoussac, changement de décor : l’estuaire dévoile un horizon sans fin. Les dunes offrent un formidable terrain de jeu pour marcher, tout comme le sable du bord de mer à marée basse. À la confluence du fjord et de l’estuaire du Saint-Laurent, les oiseaux marins sont faciles à observer. À la Pointe de l’Islet, ce sont les mammifères marins qui se donnent souvent rendez-vous aux abords d’une fosse qui remonte abruptement, leur offrant un garde-manger de choix. Un sentier en boucle permet, à partir du quai de Tadoussac, d’aller pique-niquer sur les rochers en attendant que l’un d’eux se montre le bout de la queue.

Les roches? Aux Bergeronnes, la côte est en elle-même un « sentier ». À chacun de mes séjours aux campings Mer et Monde ou Paradis Marin, je ne cherche pas bien loin où marcher. Les beaux rochers rosés et lisses du littoral m’offrent des kilomètres de plaisir, le nez au vent, avec les baleines pour compagnes plus que probables.

Du littoral aux îles magiques

Évidemment, il y a aussi les plages et les longs bancs de sable si caractéristiques de la Côte-Nord. À Longue-Rive, puis à Portneuf-sur-Mer, quel bonheur de mettre les pieds dans le sable chaud pour marcher pendant une heure ou plus. Le Banc de Portneuf, à deux pas de la route 138, a la nature pour lui! Reconnu pour sa haute valeur écologique, il s’étire dans le golfe sur 4,5 km. L’endroit est réputé pour l’observation d’oiseaux et de mammifères marins. J’ai grimpé l’été dernier les 200 marches menant à un petit belvédère pour admirer le chemin parcouru sur le « banc ».

De coup de cœur en coup de cœur, j’ai découvert ensuite le Parc nature de Pointe-aux-Outardes, juste avant Baie-Comeau. J’ai adoré cette partie de la péninsule Manicouagan, entièrement bordée de sable. Le nouveau petit camping du parc donne directement sur le golfe et des chalets, décorés comme des nichoirs d’oiseaux géants, ont été construits en forêt. Le site compte plusieurs sentiers pédestres de courte durée (2 à 5 km) en forêt ou menant à un marais salé très fréquenté par la faune ailée. Au cœur du parc, un très original jardin d’oiseaux, avec une volière à papillons, a été créé. Pas étonnant que le parc accueille chaque année en septembre le Festival des oiseaux migrateurs de la Côte-Nord!

On roule plus à l’est? Direction l’île Grande Basque, au large de Sept-Îles, dont je garde un souvenir ému de camping rustique, avec des mouettes balançant des oursins du haut des airs sur les rochers et surtout de très beaux sentiers aménagés sur 11 km en forêt ou le long de la plage.

Depuis Havre-Saint-Pierre, offrons-nous une nouvelle balade en bateau!  Sur l’immense île d’Anticosti, la randonnée pédestre est reine du nord au sud! Sentier des Échoueries (12 km), sentier du Canyon du Brick (12 km), sentier de la Falaise Puyjalon (9km), sentier du Petit canyon à la Chicotte (2 km), Chute Vauréal... Tout est grandiose. Les sorties guidées dans le parc national d’Anticosti sont particulièrement intéressantes, notamment pour en apprendre plus sur la géologie calcaire de l’île, riche en fossiles, ou sur le maître des lieux, le grand cerf de Virginie!

Et du côté de l’Archipel-de-Mingan? Cette réserve de parc national est bien connue des kayakistes, mais neuf de ses îles ont aussi de beaux sentiers, notamment sur les îles Quarry et Niapiskau. Sans compter qu’on peut presque toujours marcher sur le littoral.

Retour sur la terre ferme : à Natashquan, on a le choix entre terre et mer pour la rando. La plage est bien connue pour la baignade en eau relativement chaude, mais elle offre aussi l’occasion de marcher sur plusieurs kilomètres jusqu’à Pointe-Parent. À l’intérieur des terres, le sentier du Portageur est bucolique à souhait, mais réservé aux aventuriers qui n’ont pas peur des obstacles. Il longe la Petite rivière Natashquan sur 15 km, traversant forêts et tourbières, avec chutes et escarpements rocheux pour décor.

Sur la Basse-Côte-Nord

De Natashquan, l’été dernier, j’ai embarqué à bord du fabuleux « ravitailleur » Bella Desgagnés en direction de Blanc-Sablon. Aux arrêts dans les villages, j’avais des fourmis dans les jambes et j’y ai fait quelques belles petites balades à pied.

Sur l’île d’Harrington Harbour, par exemple, après le traditionnel parcours sur les trottoirs de bois du village, il faut monter jusqu’au gros cairn, érigé en l’honneur de Jacques Cartier, à travers la lande. Un original coton arctique roux y pousse et la vue sur les îles environnantes est imprenable.

À Tête-à-la-Baleine, c’est en petit bateau que l’on part explorer l’archipel. J’ai surtout aimé marcher sur l’île Providence, pour aller visiter la pimpante chapelle Sainte-Anne qui joue les sentinelles sur une colline, face au golfe.

À l’arrivée du bateau à Blanc-Sablon, on peut facilement aussi se dégourdir les jambes. Le sentier L’Astragale (1,5 km) grimpe ainsi sur une colline non loin du port. Juste avant de reprendre un traversier pour continuer ma route vers Terre-Neuve, ce fut pour moi l’endroit idéal pour dire (provisoirement) au revoir à la Côte-Nord et à ses paysages entre terre et mer uniques au monde.

Auteur Anne Pélouas

Laisser un commentaire
*

(1) commentaire

Stéphane Leclerc

Merci pour ce beau parcours au cœur de la magnifique Côte-Nord du Saint-Laurent. Je partage votre ébaubissement pour l'île Grande Basque et l'île d'Anticosti. Le littoral nord-côtier regorge d'autres lieux splendides qu'il faut visiter. La région de Baie-Comeau offre plusieurs petits trésors, dont la Réserve naturelle du Boisé de la Pointe Saint-Gilles situé à la rencontre du Saint-Laurent et de la Manicouagan. À marée baissante, il est même possible de marcher sur un immense banc de sable, entouré d'oiseaux marins. Un peu plus à l'est, le sentier de la Croix du village de Franquelin vaut l'effort de la montée pour s'offrir une vue imprenable sur l'horizon. Puis l'Anse de Sable à Baie-Trinité, la plus belle plage de toute! Avec son sable gris perle et sa quiétude, c'est un incontournable. Toujours vers l'est, un arrêt au sentier de la chute Manitou s'impose. Et que dire du village de Rivière-au-Tonnerre où le bord de l'eau est une alternance de plages et de plateaux rocheux. Ou encore le petit sentier qui part de la baie de Magpie. Un pique-nique sur la Grande-Pointe de Havre-Saint-Pierre - ou Ruisseau Rouge comme certains l'appellent - vous dépaysera. C'est comme aller sur les îles Mingan, sans prendre le bateau! Vous me faites revivre mes beaux périples dans cette partie du Québec trop peu connue et vous me donnez le goût de parcourir le sentier du Portageur qui manque encore à mon palmarès.

Le Québec maritimeLe Québec maritime

Merci d'avoir partagé vos souvenirs de voyage avec nous :) - Marie-Eve - Équipe Québec maritime