Le blogue du Québec maritime

Au large de la Côte-Nord... une mer de saveurs!
  • La Galouïne Auberge & Restaurant, Tadoussac
    TQ/Dominique Lafond

Au large de la Côte-Nord... une mer de saveurs!

Qu'il est grand ce Québec! Entendez-vous le vent, la marée ou encore le souffle des baleines balayer cette immense terre au nord-est? Le littoral de la Côte-Nord, région bordée à l’ouest par le Saguenay-Lac-Saint-Jean, puis à l’est par la province de Terre-Neuve-et-Labrador, s’étire sur plus de 1 300 km! De Tadoussac à Blanc-Sablon, sans oublier la fabuleuse île d'Anticosti, s'étend le Saint-Laurent dans toute sa splendeur, de l’estuaire au golfe.

Parfois sous le clair de lune et la poussée d'une marée printanière, vous serez émerveillé de voir un banc de capelans « rouler » sur la grève pour y frayer, et les gens des villages côtiers récolter le poisson avec une simple épuisette. Une scène éblouissante qui illustre la richesse des eaux froides du Saint-Laurent à cette hauteur, ainsi que ses trésors gourmands dont plusieurs sont encore méconnus. 

Une trilogie de carapace bien savoureuse + une bière au crâââbe!

On associe d'emblée à la Côte-Nord la crevette nordique et le crabe des neiges. La crevette nordique, ce petit crustacé sauvage à la carapace rose, cache une chair blanche légèrement sucrée et savoureusement salée. Absolument rien de comparable avec toute autre espèce de crevettes! Ce produit local d'exception est cuit dès sa capture pour en préserver toute la saveur. Vous pourrez la déguster en moult variations, mais c'est en cocktail, salsa ou en mode ceviche, qu'elle sera plus que parfaite!

À propos du crabe des neiges, les eaux froides nord-côtières procurent à sa chair tendre un goût subtilement sucré et salé. Ce dernier sera d'ailleurs plus sucré en début de saison, puisque la température de l’eau y est beaucoup plus froide.

Il serait un sacrilège de ne pas en profiter pour manger fraîchement cuite cette vedette gastronomique en saison accompagnée d'une bonne bière Crâââbe. Eh oui! À la Microbrasserie St-Pancrace s'ajoute à l'orge et le houblon de la carapace de crabe comme ingrédient. Une potion qui se transforme en bière nord-côtière bien typique. L'accord proposé : à boire les pieds sur le bord du Saint-Laurent! 

Depuis quelques années, on pêche plus abondamment le homard au nord, même près de l'île d'Anticosti. Le réchauffement des eaux favorisant un plus grand taux de reproduction et de survie, on assiste à un baby-boom de homards. Tout comme celui de la Gaspésie ou des Îles de la Madeleine, sa chaire abondante est préservée par sa carapace dure en raison des eaux froides et des fonds rocheux du Saint-Laurent.

La « roulade d'un gourmet » heureux : des crevettes nordiques en entrée, suivies de crabe ou de homard frais cuits comme repas principal!

Sous des coquilles, des produits locaux méconnus

Mactres de Stimpson, oursins verts, bourgots... une heureuse symphonie de saveurs pour vous mettre « la mer à la bouche » de manière bien différente.

La mactre de Stimpson! S'il faut s'y reprendre à deux fois pour la nommer, il n'en faut pas plus qu’une bouchée pour être conquis par l'unicité de la saveur de ce mollusque de la famille des palourdes. Son goût délicat et sucré s'apparente à celui du homard et du pétoncle, quoique sa chair est un peu plus ferme que ce dernier. Elle est succulente en chaudrée, en tartare ou lorsque servie en toute simplicité sur des pâtes avec quelques fines herbes ou plantes de battures. Gratinée? Elle ne le mérite certainement pas! En raison de sa durée de conservation relativement courte, vous la retrouverez également en conserve. Fort pratique, si vous souhaitez en faire provision.

L'oursin vert : une petite boule d'épines qui prolifère dans les eaux du Saint-Laurent et dont vous retrouverez souvent la jolie coquille vide de verts rayés sur les rivages. Au goût iodé et sucré, on le qualifie de foie gras de mer. Sur la Côte-Nord, on ouvre la coquille au ciseau et on consomme ses gonades; les organes reproducteurs remplis d'œufs orangés.

Pour les moins audacieux, l'oursin sublimé notamment avec de la crème révèlera des saveurs presque florales. C'est un produit local émergent qu'il faut oser commander! Sa pêche ne menace ni l'espèce ni le fond marin, car la récolte se fait principalement en plongée, donc cueillie à la main.

Ce pétoncle qu'on aime tant! La Côte-Nord est réputée pour la culture du pétoncle géant. Ce pétoncle d'élevage, au goût sucré et de noisette, peut être dégusté frais et en entier! La Ferme Aqua Labadie, à Bonne-Espérance, en fait la culture et propose des excursions en mer pour vous familiariser avec les techniques de croissance du pétoncle dans son milieu naturel. Vous aurez même la chance d'en déguster du frais cru! La Ferme Maricole Purmer vous offre également l'occasion de vous familiariser avec cette culture, ainsi que celle des moules bleues, dans le magnifique cadre de l'île Grosse Boule de l'archipel des  Sept Îles. Une île faisant face à la baie où viennent se nourrir les baleines.

À la poissonnerie de la communauté autochtone de Mingan, la Poissonnerie Fortier à Sept-Îles, vous retrouverez du pétoncle de Minganie; un pétoncle d'Islande pêché dans le secteur du même nom. Son goût distinctif est un peu plus prononcé que celui du pétoncle géant. Une occasion d'en savourer plus que frais lors de la saison.

Tout comme en Gaspésie, sur la Côte-Nord, on mange également le bourgot, aussi appelé buccin, et ce, depuis plusieurs générations. Vous retrouverez ce produit local vendu déjà cuit en pot chez la plupart des poissonniers. Il est meilleur dans l'eau saumurée qui préserve son petit goût de la mer et est moins caoutchouteux que celui offert dans le vinaigre. Sauté dans un beurre à l'ail, puis servi sur des pâtes ou même en vol-au-vent, on n'hésite pas à le commander! Sinon, en pique-nique improvisé face au Saint-Laurent, un petit pot de bourgots saumurés, accompagné d’une bonne bière locale, c'est aussi ça la Côte-Nord!

Enfin, un rapide mot sur un drôle de coquillage, le couteau de mer. Un petit bijou culinaire, encore méconnu et émergent. Si vous avez la chance d'en retrouver au menu ou dans une poissonnerie, il ne faut absolument pas passer à côté de cette occasion. Simplement poêlés, vous en redemanderez!

L’immensité du Saint-Laurent fait battre le cœur des habitants, artisans et chefs nord-côtiers

Ici, quelques suggestions d'adresses où la mer figure au menu et où vous procurer des produits d'exception en vue d'un succulent pique-nique, apéro ou repas :

  • Chez Mathilde (Tadoussac) : sympathique petit bistro valorisant les produits de la région, autant ceux de la mer que de la terre. Ambiance chaleureuse avec musiciens de jazz.
  • Café Bohème (Tadoussac) : café-bistro dans l'ancien magasin général. À essayer : le Cromesqui de l'Atlantique.
  • La Galouïne Auberge & Restaurant (Tadoussac) : restaurant valorisant les fruits de mer, poissons et produits fumés maison.
  • Poissonneries Manicouagan (Les Escoumins et Baie-Comeau) : pour y savourer la fameuse chaudrée de fruits de mer où les palourdes ont été remplacées par des mactres. Devenue si populaire, elle se vend maintenant en conserve!
  • La Cache d'Amélie (Baie-Comeau) : restaurant gastronomique inspiré d'un heureux mariage entre les traditions françaises et les produits du terroir nord-côtier.
  • Fumeur en Nord (Sept-Îles) : sympathique endroit où l'on fume et marine les poissons, les moules, etc.
  • Casse-Croûte du pêcheur et Les Terrasses du Capitaine (Sept-Îles) : pour y déguster une trilogie de guédilles et clubs (crevettes nordiques, crabe ou homard) sur leur agréable terrasse au design d'un casier à homard géant.
  • Cantine chez Nat (Longue-Pointe-de-Mingan) : endroit parfait pour une petite fringale à saveur de homard, leur spécialité.
  • Restaurant Chez Julie (Havre-Saint-Pierre) : on y fait un détour pour son vaste choix des saveurs de la mer au menu et pour sa célèbre pizza aux fruits de mer.

Petit pense-bête saisonnier des saveurs de la mer

Les périodes sont à titre indicatif seulement. Ces dernières peuvent varier selon les autorisations émises par le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne.

  • Oursin vert : de mars à mai et d'octobre à décembre
  • Crabe des neiges : d'avril à juin
  • Roulade du capelan : d'avril à août
  • Crevette nordique : d’avril à octobre
  • Homard : de mai à juillet
  • Pétoncle géant en mariculture : de juin à septembre
  • Mactre de Stimpson : de juillet à octobre
  • Pétoncle de Minganie : de juillet à octobre
  • Couteau de mer : de septembre à décembre

Repérer le logo « Fourchette bleue »! Certification octroyée par Exploramer qui reconnaît les restaurants et les poissonneries ayant choisi d'offrir au moins deux espèces marines à valoriser, c'est-à-dire qui se retrouvent en quantité suffisante dans le Saint-Laurent et dont les techniques de pêche ne nuisent pas à l'écosystème des fonds marins. Vous pouvez consulter la liste des espèces valorisées par Fourchette bleue sur leur site.

Passer à l'action et « Manger notre Saint-Laurent »! Une belle initiative pour redonner au Saint-Laurent son importance et sa richesse. Vous trouverez sur ce site, des articles fort intéressants ainsi que des références où se procurer des produits du Saint-Laurent ou même en commander en ligne.

À savoir également : Le Goût de la Côte-Nord est une initiative de promotion des produits bioalimentaires de la région. Sur leur site vous pourrez consulter une liste d'adresses de producteurs-transformateurs, commerçants et restaurateurs produisant ou mettant en valeur les produits locaux.

La Côte-Nord, une terre d'émotions et de démesure,
et en son large, une mer de saveurs!

Auteur Diane Drapeau

Au fil de nombreux projets en tourisme et en culture, Diane Drapeau a développé un attachement profond pour tout ce qui touche l'achat de proximité et le tourisme gourmand. Curieuse et passionnée par les saveurs locales, elle ne saurait voyager ou se balader sans faire un arrêt chez un artisan et en revenir les bras chargés de trouvailles. C'est ce qu'elle appelle: le bonheur! Ce ravissement lui vient d'un grand respect pour les gens qui cultivent et façonnent les produits issus de notre terroir et d'un amour indéfectible pour le Saint-Laurent et ses richesses qui subliment notre identité culinaire.

Laisser un commentaire
*

(1) commentaire

Site absolument interessant..quel beau et savoureux quebec nous avons...

Bonjour, J'ai découvert sur votre site tant de richesses culinaires et de fruits de mer dont j'ignorais l'existence.. je suis époustouflé que de savoir la diversité et la chance que ce que la Cote nord nous offre et les iles de la Madeleine ainsi que la Gaspésie, et je me promet qu’après notre pandémie... Quel site intéressant ...merci! Le canada possède beaucoup il faut protéger son environnement et surtout celui de nos eaux nourricières par une plus grande salubrité et prévenir leur réchauffement...merci