Le blogue du Québec maritime

Le Saint-Laurent : un fleuve, une mer, un espace de vie
  • Sept-Îles
    Optik360

Le Saint-Laurent : un fleuve, une mer, un espace de vie

Les régions du Québec maritime sont ce qu’elles sont grâce au Saint-Laurent. Ce majestueux cours d’eau qui agit comme trait d’union entre les deux rives nous insuffle la vie, nous inspire et rythme notre quotidien depuis que l’Amérique est Amérique. La preuve? La multitude de villes et de villages érigés le long du littoral en témoignent.

D’entrée de jeu, il faut savoir que le Saint-Laurent n’est pas que fleuve. Il est d’abord et avant tout un golfe, où baignent les Îles de la Madeleine, et ce, jusqu’à Pointe-des-Monts, en Côte-Nord – Manicouagan. Il devient ensuite estuaire – il y en a trois niveaux – jusqu’au lac Saint-Pierre où il se transforme finalement en fleuve. Il est l’un des plus longs fleuves du monde et l’un des cours d’eau les plus importants au Canada.

Ici, dans les régions du Québec maritime, vous entendrez souvent les gens y faire référence comme étant « la mer ». Et dans les faits, les gens qui habitent en bordure du « fleuve » vous diront sans doute que le Saint-Laurent les habite un peu et que, lorsqu’ils s’en éloignent, il leur manque.

Chose certaine, il a de multiples facettes…

 

Le Saint-Laurent...on le navigue

CTMA Cruises

Quoi de plus fascinant que de pouvoir profiter des paysages d’une perspective complètement différente, soit sur l’eau! Et les moyens pour le faire sont variés. On peut opter pour la totale et s’offrir une croisière fluviale sur le Saint-Laurent. Que ce soit avec l’objectif ultime d’atteindre les Îles de la Madeleine ou encore de visiter les villages côtiers de la Basse-Côte-Nord, le périple vous permettra de vivre le Québec maritime autrement et d’aller à la rencontre des insulaires de ces régions.

Quand le choix d’une rive ou de l’autre pour un voyage s’avère difficile, il est intéressant de profiter du réseau de traversiers pour visiter les deux! On trouve plusieurs traverses sur le territoire du Québec maritime, qui permettent de voyager entre les deux rives de façon assez rapide et de planifier un itinéraire combinant plus d’une région. Consultez les circuits du Saint-Laurent pour vous aider dans votre choix! Évidemment, il y a également le CTMA Traversier qui permet d’atteindre les Îles de la Madeleine à partir de Souris, à l’Île-du-Prince-Édouard.

kayak Bas-Saint-LaurentD’ailleurs, les îles sont nombreuses dans le Saint-Laurent et il est possible de les découvrir lors d’excursions sur l’eau et même de façon autonome en kayak de mer pour certains secteurs comme la réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan, l’archipel des Sept Îles ou encore le long des côtes des Îles de la Madeleine.

 

 

Le Saint-Laurent des baleines

Saviez-vous que les régions du Québec maritime font partie des meilleurs endroits au monde pour observer les baleines? Pas moins de 13 espèces se retrouvent dans les eaux du Saint-Laurent, le printemps venu! On peut notamment y observer le rorqual à bosse, le rorqual bleu – le plus gros mammifère de la planète – ainsi que le béluga. En fait, les espèces varient selon la région.

Whale watching TadoussacÉvidemment, un endroit fort apprécié et réputé pour l’observation des baleines demeure le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent, étant donné la concentration d’individus qui s’y retrouve. Cette zone de 1245 km2 est particulièrement attirante pour les mammifères marins en raison de l’interaction des marées avec le chenal Laurentien, qui créé un bassin d’alimentation très alléchant pour ces derniers.

Que ce soit en bateau tout confort, en pneumatique ou en kayak de mer, de nombreuses excursions d’observation des baleines sont offertes à différents endroits dans nos régions : Tadoussac, Les Escoumins, Sept-Îles, Havre-Saint-Pierre, Rivière-du-Loup, Gaspé, etc. La saison d’observation s’étire généralement de mai à septembre, et parfois même jusqu’à octobre.

 

La faune du Saint-Laurent

Atlantic Puffin Mingan

Les baleines piquent la curiosité et suscitent l’admiration, mais le Saint-Laurent abrite bien d’autres espèces animales, dont les oiseaux marins. En effet, les occasions de les observer sont nombreuses et les espèces variées. Que ce soit le grand héron, le pluvier siffleur ou encore le célèbre fou de Bassan, il suffit de garder l’œil ouvert et d’être attentif pour admirer les différentes espèces présentes le long du littoral. Plusieurs sites d’observation sont accessibles au public pour faciliter le repérage : le parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé, le parc nature de Pointe-aux-Outardes, l’archipel de Mingan, les îles du Bas-Saint-Laurent, le barachois de Fatima, etc.

Il y a également un autre mammifère marin que l’on peut observer : le phoque! Plusieurs espèces sont répertoriées, dont le phoque gris et le phoque commun, qu’on peut d’ailleurs apercevoir de la terre ferme au parc national du Bic au Bas-Saint-Laurent. Ces deux espèces se trouvent également en Gaspésie, soit dans la baie de Gaspé et dans le secteur de Percé. Sur la Côte-Nord, vous les verrez côtoyer les baleines. Aux Îles de la Madeleine, outre ces deux espèces, on peut également observer, en hiver, le phoque du Groenland qui vient mettre bas sur la banquise au large de l’archipel. Cela permet la tenue d’une activité unique au monde, soit celle d’une excursion encadrée pour observer les blanchons directement sur la banquise!

Plusieurs centres d’interprétation des régions du Québec maritime se partagent aussi la tâche de nous informer sur l’écosystème du Saint-Laurent, notamment pour nous sensibiliser à sa fragilité et à l’importance de sa conservation. On parle, entre autres, d’Exploramer, du Centre de découverte du milieu marin, du Centre d’interprétation des mammifères marins, etc. Baba Dioum, un environnementaliste africain a dit un jour : « on protège ce que l’on aime, on aime ce que l’on comprend et on comprend que ce qui nous a été enseigné ».

 

L’histoire et le Saint-Laurent

Porte d’entrée du continent, le Saint-Laurent a été témoin d’une grande partie de l’histoire du Canada et du Québec; on n’a qu’à penser à sa découverte! On peut d’ailleurs constater de nombreuses traces laissées par le passé.

On retrouve plus de 40 phares le long des côtes du Saint-Laurent. Ces sentinelles blanches et rouges ont longtemps été responsables de la sécurité des navigateurs et, aujourd’hui, elles sont devenues gardiennes du patrimoine et nous le transmettent, par le biais de différentes activités d’interprétation.

Banc-de-Pêche-de-Paspébiac Historic SiteLa pêche à la morue a également été une industrie fort profitable au 19e siècle dans certaines des régions du Québec maritime. Plusieurs sites d’interprétation nous permettent d’en constater l’importance, dont le Site historique du Banc-de-Pêche-de-Paspébiac ou le Manoir Le Boutillier.

On peut bénéficier de la quiétude et de l’émerveillement dont nous font profiter les Jardins de Métis, aux abords du Saint-Laurent et de la rivière Mitis, aux portes de la Gaspésie. Ce domaine de pêche était autrefois habité par la famille de Lord Mount Stephen et a été transformé en magnifiques jardins par Elsie Reford, sa nièce, dans les années 1920. On peut d’ailleurs y voir le pavot bleu, une fleur très rare.

Les eaux du Saint-Laurent ont également été le lieu du 1er naufrage en importance au Canada alors qu’en 1914, l’Empress of Irelanda sombré dans ses profondeurs, au large de Pointe-au-Père, faisant 1012 victimes. Le musée de l’Empress of Ireland, au Site historique maritime de la Pointe-au-Père, nous permet d’en apprendre plus sur ce tragique événement. L’épave demeure également accessible aux nombreux plongeurs, mais est régie par de nombreuses restrictions en vue de la préserver.

 

Le Saint-Laurent, on le vit

Îles de la Madeleine beachesLe Saint-Laurent et ses berges, c’est aussi un milieu de vie! On peut le constater grâce aux nombreuses plages aménagées qui nous permettent de profiter de ses eaux fraiches, aux promenades qui s’étirent le long du littoral et où l’on peut admirer le paysage et humer l’air salin, aux plus aventuriers qui s’adonnent aux joies du kitesurf, etc. Ce sont aussi les lieux de rencontres qui s’animent en toutes saisons. Oui, oui, en toutes saisons! On n’a qu’à penser aux dizaines de cabanes de bois qui s’érigent sur la banquise pour la pêche blanche, l’hiver venu, ou encore au pont de glace qui permet d’accéder à l’île Verte, autrement accessible par hélicoptère seulement à cette période! Et l’été, ce sont des nombreux festivals qui invitent aux échanges.

 

Ce n’est pas pour rien que certaines de nos plus belles routes longent le Saint-Laurent. En empruntant la route des Baleines en faisant le tour du Bas-Saint-Laurent - Gaspésie ou en parcourant les routes de l’archipel des Îles de la Madeleine, vous aurez, non seulement une vue magnifique sur notre majestueux « fleuve » et golfe, mais vous serez également aux premières loges pour être témoin des richesses humaines de nos villes et villages qui ponctuent ses berges. Vous pourrez ainsi, vous aussi, vivre le Saint-Laurent, la mer, sous ses différentes facettes et garder un souvenir impérissable de votre voyage dans les régions du Québec maritime.

 

Quelques suggestions pour débuter votre planification :

 

Auteur Tanya Paquet

Laisser un commentaire
*

(1) commentaire

PIERRE AM

Merci pour les beaux sites que vous nous permettez de parcourir, c'est merveilleux.

Le Québec maritimeLe Québec maritime

Merci à vous de nous lire et de participer aux découvertes!