Le blogue du Québec maritime

La faune en vedette dans les parcs nationaux du Québec maritime
  • Parc national du Lac-Témiscouata
    Marc Loiselle

La faune en vedette dans les parcs nationaux du Québec maritime

De la faune ailée de nos régions côtières jusqu’aux mammifères imposants de nos forêts, vous avez de bonnes chances d’apercevoir certains des meilleurs ambassadeurs du Québec maritime durant votre séjour. Voici quelques indications sur une espèce animale que vous pouvez observer, parfois avec un peu de chance, dans chacun des parcs nationaux de nos régions.  

Parc national du Bic

Par ses nombreuses anses, falaises et îles, le parc constitue l’habitat parfait pour une multitude d’oiseaux marins, dont l’eider à duvet. Plus gros canard présent dans l’hémisphère nord, il est reconnu pour la qualité de son duvet utilisé notamment dans la fabrication de couettes (le mot édredon est d’ailleurs dérivé de son nom). Soyez attentif en marchant sur la grève et regardez vers le large, vous verrez peut-être passer une volée de plusieurs eiders dans les airs ou à fleur d’eau, ou encore un individu solitaire nageant à la surface, prêt à plonger pour pêcher. Observez-les en compagnie d’un guide-naturaliste qui vous en livrera tous les secrets.

En savoir plus sur le parc national du Bic

Parc national du Lac-Témiscouata

Regroupant plusieurs lacs, ce parc offre un milieu parfait pour le pygargue à tête blanche, le plus gros oiseau de proie au Canada. Les individus adultes sont faciles à identifier par leur plumage brun, leur tête blanche et leur bec jaune crochu. Vous le verrez peut-être planer dans les airs, déployant ses ailes larges et longues dont l’envergure atteint 2 mètres, ou scruter l’horizon perché à la cime des plus grands arbres. Durant vos pauses en randonnée ou tranquillement assis à votre site de camping sauvage à la brunante, prêtez bien l’oreille; vous risquez d’entendre son cri strident. 

En savoir plus sur le parc national du Lac-Témiscouata

Parc national de la Gaspésie

Présent à l’origine dans l’ensemble de la forêt boréale de l’Amérique du Nord, le caribou subsiste dans le parc national de la Gaspésie. Il s’agit d’ailleurs de la seule population encore présente au sud du fleuve Saint-Laurent. Les individus se concentrent dans la forêt boréale mature en altitude et dans la toundra alpine sur les plus hauts sommets du parc, notamment les monts Jacques-Cartier, Albert et Richardson. N’oubliez pas vos jumelles!

En savoir plus sur le parc national de la Gaspésie

Parc national Forillon

Parmi les nombreux mammifères présents dans le parc, l’ours noir est sans doute celui qui frappe le plus l’imaginaire. Discret et très intelligent, il peut sembler lourd et maladroit en raison de sa physionomie massive, mais il est étonnamment rapide. Son alimentation est composée de petits fruits, d’insectes, de poissons et de carcasses animales. Même s’il cherche à éviter tout contact avec l’homme, il peut cependant être attiré par la nourriture des humains lorsqu’elle lui est facile d’accès. En camping, le simple rangement de votre nourriture dans un véhicule élimine le risque qu’un visiteur indésirable s’invite sur votre site.

En savoir plus sur le parc national Forillon

Parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé

L’un des plus importants refuges d’oiseaux migrateurs en Amérique du Nord, l’île Bonaventure abrite durant la période estivale la colonie de fous de Bassan la plus accessible au monde. Venez les observer à partir de la mer ou directement sur l’île où des guides-naturalistes pourront répondre à vos questions. Vous pourrez à coup sûr voir plusieurs individus se livrer à leur parade nuptiale durant laquelle mâle et femelle se frottent le bec en s’étirant le cou et en déployant les ailes. Un spectacle grandiose à bien des égards!

En savoir plus sur le parc national de l'Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé

Parc national de Miguasha

Vous avez déjà vu un Elpistostège wastoni? C’est peu probable si vous n’avez jamais visité le parc national de Miguasha, un site reconnu mondialement pour l’excellente qualité de conservation de ses fossiles. Il s’agit d’un poisson fossile et le parc peut se targuer de posséder le seul spécimen complet au monde. Celui-ci fait l’objet d’études scientifiques afin de mieux comprendre l’évolution des tétrapodes, des vertébrés munis de pattes, ainsi que les origines aquatiques de l’être humain. Ne manquez pas l’exposition qui lui est consacrée.

En savoir plus sur le parc national de Miguasha

Parc national du Fjord-du-Saguenay

Le spectaculaire fjord du Saguenay est le domicile d’une population de bélugas, sans doute la plus australe de la planète. On estime qu’une cinquantaine d’individus fréquentent le secteur, profitant de l’abondance de nourriture et de la température plus élevée de l’eau. Des troupeaux de ce mammifère marin facile à identifier par sa couleur blanche bien caractéristique sont présents sur une base quasi quotidienne dans la baie Sainte-Marguerite. Un belvédère y a été aménagé afin de faciliter les observations. Un incontournable!

En savoir plus sur le parc national du Fjord-du-Saguenay

Parc national d’Anticosti

Dans le décor enchanteur de l’île d’Anticosti, le cerf de Virginie est omniprésent. Introduit sur l’île à la fin du XIXe siècle au nombre de 220, sa multiplication exponentielle s’explique en partie par l’absence de prédateurs. On compte maintenant plus de 160 000 individus sur l’île! Les visiteurs sont ainsi pratiquement assurés d’en observer. La forte densité de ce broutard acharné a des répercussions majeures sur la végétation de l’île à tel point que des espaces clos dans lesquels la présence de cerf est contrôlée, appelés « exclos », ont été aménagés afin de favoriser la restauration de la flore. 

En savoir plus sur le parc national d'Anticosti

Réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan

Insolite, spectaculaire, exotique, voilà quelques qualificatifs souvent attribués à l’archipel de Mingan. Ceux-ci s’appliquent également à l’un de ses plus populaires ambassadeurs : le macareux moine, qui fréquente l’endroit durant sa période de reproduction. Appartenant à la famille du pingouin, mais à peine plus gros qu’un pigeon, il est un favori des ornithologues amateurs en raison de son bec multicolore, du cercle rouge autour de ses yeux et de sa démarche malhabile qui lui confèrent un air à la fois comique et attachant.

En savoir plus sur la réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan

Parc marin du Saguenay – Saint-Laurent

S’étendant sur 1245 km2 et comprenant une partie du fjord du Saguenay et de l’estuaire du Saint-Laurent, le parc est l’un des meilleurs endroits au monde pour l’observation des baleines. Le marsouin, le rorqual, le béluga et même la baleine bleue fréquentent ces eaux riches en krill, leur principale source de nourriture. Il est possible bien sûr d’observer ces magnifiques cétacés dans le cadre d’excursions en mer, mais également à plusieurs endroits directement de la rive, dont aux centres d’interprétation, où vous trouverez de l’information détaillée sur les espèces présentes dans le secteur.  

En savoir plus sur le parc marin du Saguenay – Saint-Laurent

En prime!

Auberge de montagne des Chic-Chocs – Réserve faunique de Matane

Symbole par excellence des forêts canadiennes, l’orignal est abondant dans la forêt gaspésienne, particulièrement dans la réserve faunique de Matane. Cet animal solitaire et silencieux est d’une discrétion remarquable considérant sa très grande taille. Il est surtout actif à l’aube et à la brunante : vous augmentez donc vos chances d’observation à ces moments de la journée, idéalement près de lacs peu profonds, de marais et de vasières.

En savoir plus sur l’Auberge de montagne des Chic-Chocs

**************

La nature vous réserve tant de surprises dans les parcs nationaux du Québec maritime. Planifiez votre séjour afin de les découvrir. 

Auteur Jean-Pascal Côté

Traducteur agréé et grand amateur de plein air, Jean-Pascal travaille comme rédacteur et traducteur pigiste à partir de son Bas-Saint-Laurent natal. Il s’évade régulièrement en vélo de route, de cyclotourisme et de cyclocross, en ski dans les montagnes de la région ou de l'ouest du pays, ou encore en kayak de mer sur le fleuve Saint-Laurent. Il entretient constamment mille et un projets de voyage. Il tient également un blogue portant sur ses escapades en cyclotourisme qu’il alimente sur une base, de son propre aveu, très irrégulière.

Laisser un commentaire
*

(0) commentaire