Le blogue du Québec maritime

Les oiseaux du Québec maritime : les meilleurs lieux d’observation
  • Marc Loiselle / Tourisme Côte-Nord - Manicouagan

Les oiseaux du Québec maritime : les meilleurs lieux d’observation

Le Québec maritime renferme une diversité de milieux naturels qui attirent des centaines d’espèces aviaires différentes. Des îles du Bas-Saint-Laurent aux montagnes de la Gaspésie en passant par le littoral de la Côte-Nord et les falaises des Îles de la Madeleine, chaque région vous offre des lieux d’observation dignes de mention. Voici quelques endroits à visiter!

Au Bas-Saint-Laurent

Petits pingouins au Bas-Saint-Laurent © Nelson Boisvert

Le Bas-Saint-Laurent est ponctué de plusieurs îles, battures et marais facilement accessibles pour l’observation des oiseaux.

Au large de Rivière-du-Loup, l’île aux Lièvres et l’île du Pot à l’Eau-de-Vie renferment des lieux de nidification protégés pour le grand héron et le petit pingouin notamment. L’île aux Basques, située face à Trois-Pistoles, accueille quant à elle 229 espèces dans son refuge d’oiseaux migrateurs. Informez-vous des horaires d’excursion sur ces îles avant de partir!

Alors qu’une excursion en mer dans le parc marin du Saguenay – Saint-Laurent vous permettra d’observer de nombreuses espèces d’oiseaux marins, dont le plongeon huard et la macreuse noire, il vous sera possible de voir des oiseaux de proie dans les battures du Kamouraska, ainsi que quelque 10 000 couples d’eiders à duvet au parc national du Bic.

Regroupant plusieurs lacs, le parc national du Lac-Témiscouata offre un milieu parfait pour le pygargue à tête blanche, le plus gros oiseau de proie au Canada. Vous le verrez peut-être planer dans les airs, déployant ses ailes larges et longues dont l’envergure atteint 2 mètres, ou scruter l’horizon perché à la cime des plus grands arbres. 

Découvrez le circuit ornithologique du Bas-Saint-Laurent.

En Gaspésie

Les fous de Bassan en Gaspésie
© Michel Laverdière

Les paysages de la péninsule gaspésienne vont du littoral marin aux milieux arctiques-alpins des hautes montagnes. Ainsi, plusieurs espèces d’oiseaux qui vivent habituellement dans des régions climatiques éloignées de plusieurs milliers de kilomètres cohabitent dans cette région.

Les parcs nationaux et les réserves fauniques sont, bien sûr, des endroits privilégiés pour l’observation des oiseaux. Le parc national de la Gaspésie et la réserve faunique de Matane, par exemple, abritent environ 150 espèces d’oiseaux chacun, dont l’arlequin plongeur et l’aigle royal, tandis que les falaises du parc national Forillon servent de lieu de nidification pour de nombreux oiseaux marins telle la mouette tridactyle. Le parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé est, quant à lui, reconnu pour sa colonie de 116 000 fous de Bassan, la plus accessible et la plus importante au monde!

À l’extrémité est de la péninsule, entre Gaspé et Percé, vous trouverez le barachois de Malbaie, un site de nidification pour deux espèces menacées : le râle jaune et le bruant de Nelson. Ce lieu d’à peine 11 km2 regroupe plus de 200 espèces!

Découvrez le circuit ornithologique de la Gaspésie.

Aux Îles de la Madeleine

Le pluvier siffleur aux Îles de la Madeleine
© Alain Richard

Les falaises de grès rouges, les dunes de sable, les étangs d’eau douce et les collines verdoyantes des Îles forment des milieux distincts, qui accueillent une grande variété d’oiseaux. Parmi les espèces communes aux Îles de la Madeleine, on trouve entre autres la bécassine de Wilson, la mouette rieuse et la mouette de Bonaparte.

De la fin avril à la mi-août, vous pourrez apercevoir sur les plages des Îles une espèce mondialement menacée de disparition : le pluvier siffleur. C’est d’ailleurs le seul endroit au Québec où niche cette espèce.

Parmi les lieux les plus reconnus des Îles de la Madeleine, on trouve le Rocher-aux-Oiseaux, situé à 32 km au nord de Grosse-Île. Il est impossible de débarquer sur ce refuge d’oiseaux migrateurs, mais une excursion en bateau vous permettra de voir les milliers d’oiseaux qui y nichent. Vous aimerez aussi découvrir l’île Brion, une réserve écologique qui abrite près de 140 espèces d’oiseaux comme le grand cormoran et la sterne arctique, ainsi que l’Étang à Ben, une halte migratoire pour la bernache cravant.

Découvrez le circuit ornithologique des Îles de la Madeleine.

En Côte-Nord

Le macareux moine sur la Côte-Nord © Nelson Boisvert

De Tadoussac à Blanc-Sablon, la Côte-Nord est une région immense. En longeant le littoral sur la route 138, vous découvrirez de multiples endroits pour observer les oiseaux.

Sur la Côte-Nord – Manicouagan, en bordure de l’estuaire du Saint-Laurent, les dunes de Tadoussac forment un lieu d’observation unique. Vous aurez probablement la chance d’y voir un rapace peu connu, la nyctale de Tengmalm. Plus à l’est, vous trouverez le marais salé de Longue-Rive, le 2e plus grand de la province.

Dans la région Côte-Nord – Duplessis, prenez part à une excursion en mer qui vous mènera autour de l’île du Corossol, dans l’archipel des Sept-Îles. Ce refuge d’oiseaux migrateurs se classe au premier rang dans la région pour la diversité et l’abondance des espèces. Alors qu’on trouve sur l’île d’Anticosti la plus grande concentration de pygargues à tête blanche au Québec, la grande vedette de la réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan est sans aucun doute le macareux moine, qui cohabite avec les milliers d’autres oiseaux marins.

Découvrez le circuit ornithologique de la Côte-Nord.

Auteur Anne-Josée Pineau

Native du Bas-Saint-Laurent, Anne-Josée Pineau est une amoureuse de son coin de pays et elle ne se fait pas prier pour le faire découvrir aux autres. Jamais bien loin du bord de mer, elle est fascinée par les phares et pourrait bien se nourrir uniquement de fruits de mer! Sur le blogue du Québec maritime, elle aime vous présenter les attraits les plus originaux de nos régions, vous faire saliver en parlant des saveurs locales et vous intriguer en vous révélant quelques beautés cachées de notre territoire. Bref, elle souhaite vous donner une foule d’idées pour que vos vacances soient inoubliables!

Laisser un commentaire
*

(2) commentaires

louise lanoix

Merci, de ne pas oublier notre beau marais de Longue-Rive.

Tanya

Bonjour Louise! Merci de nous le mentionner. Pouvez-vous nous donner plus de détails sur les oiseaux que l'on peut y observer?