Le blogue du Québec maritime

Observation de la faune : des lieux à ajouter à votre itinéraire!
  • De nombreuses activités d’observation des baleines s’offrent à vous
    Mathieu Dupuis/Le Québec maritime

Observation de la faune : des lieux à ajouter à votre itinéraire!

La nature est omniprésente dans les régions du Québec maritime et de nombreuses espèces animales y trouvent un habitat parfait. Sur terre, dans l’eau ou dans les airs, vous pouvez observer la faune dans son milieu naturel, parfois même dans le cadre d’activités originales, dans le plus grand respect des animaux. Suivez le guide!

Sur terre

Même si on peut le voir aux quatre coins du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, c’est sur l’île d’Anticosti que le cerf de Virginie se retrouve en plus grand nombre. Imaginez : la population atteint plus de 160 000 individus sur cette île de moins de 7900 km2. Il est littéralement partout!

Bien présent également dans toutes nos régions, l’orignal est sans contredit l’un des emblèmes de nos forêts. Sa densité est tout à fait exceptionnelle dans la réserve faunique de Matane. Il s’agit donc de l’endroit parfait pour en faire l’observation dans le cadre d’un safari-photo guidé.

On associe souvent – et à juste titre – le caribou aux vastes contrées du Grand Nord. Mais sachez que le seul troupeau vivant au sud du fleuve Saint-Laurent se trouve dans les montagnes du parc national de la Gaspésie. Faites une randonnée jusqu’au sommet du mont Jacques-Cartier : vous aurez probablement la chance d’y faire des observations mémorables.

L’ours noir frappe l’imaginaire. Discret et craintif, il peut s’avérer agressif s’il se sent menacé. C’est pourquoi il est préférable de l’observer dans un milieu encadré et sécuritaire. Le Centre de vacances Ferme 5 Étoiles et Essipit, en Côte-Nord, et le Bioparc de la Gaspésie proposent des activités qui vous aideront à mieux connaître et à mieux comprendre ce fabuleux mammifère.

Travailleur infatigable et méthodique, le castor s’affaire à bâtir ses barrages dans de nombreux marais de nos régions. Le parc national Forillon tient une activité d’interprétation de la fin août à la fin septembre qui vous donne l’occasion de voir ce rongeur à l’œuvre dans son habitat naturel!

Dans l’eau

Entre mai et octobre, les eaux salées de nos régions sont fréquentées par rien de moins que 13 espèces de baleines, dont le rorqual bleu, le plus gros animal de la planète. Dans les baies de Gaspé et de Percé, dans le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent (accessible de la Côte-Nord ou du Bas-Saint-Laurent), ainsi que le long de la Côte-Nord, de nombreuses activités d’observation s’offrent à vous. 

On dénombre également quatre espèces de phoques dans ces mêmes eaux. Le parc national du Bic a d’ailleurs fait du phoque commun son emblème. On peut l’observer directement à partir du rivage, ou encore en kayak de mer dans le cadre d’une sortie guidée ou autonome. Dans la baie de Gaspé, Cap Aventure vous invite aussi à venir voir de près, à bord d’un kayak, ces mammifères marins aussi curieux que charmants. Si vous visitez les Îles de la Madeleine, vous pourriez également les croiser de la rive ou en excursion!

Nos régions comptent également un nombre impressionnant de rivières à saumon. Même si vous n’êtes pas pêcheur, vous pouvez aller à la rencontre de ce vigoureux poisson grâce à Nature Aventure lors d’une sortie de plongée en apnée sur la rivière Assemetquagan, dans la Vallée de la Matapédia.

Dans les airs

La faune ailée est aussi très riche dans les régions du Québec maritime. L’une des espèces les plus célèbres est sans aucun doute le fou de Bassan, que vous pouvez observer sur l’île Bonaventure, en Gaspésie. Vous serez impressionné par sa grande colonie, la plus accessible au monde (116 000 individus). Qu’ils soient en plein vol ou en train de se frotter le bec, ces oiseaux singuliers vous amuseront!

Le macareux moine, quant à lui, est facilement reconnaissable à son bec aux couleurs vives lui donnant une allure quasi clownesque. Pour l’observer, rendez-vous sur l’île Brion, aux Îles de la Madeleine, ainsi que sur l’île aux Perroquets, dans la réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan, en Côte-Nord, dans le cadre d’une excursion avec un guide-naturaliste.

Certaines espèces sont malheureusement menacées de disparition. C’est le cas du pluvier siffleur, qui niche sur les plages des Îles de la Madeleine, notamment sur l’île du Havre Aubert. Il s’agit du seul endroit où l’on peut observer ce petit oiseau de la taille d’un moineau, au pas étonnamment rapide.

L’île Corossol, qui fait partie de l’archipel des Sept Îles, est une réserve ornithologique remarquable. Elle est fréquentée entre autres par des petits pingouins que vous pouvez observer lors d’une excursion en mer en compagnie d’un guide-naturaliste. 

Pour une foule d’observations ornithologiques, le Parc nature de Pointe-aux-Outardes, est aussi un endroit par excellence. Situé au cœur du secteur de la péninsule de Manicouagan en Côte-Nord, le parc dénombre pas moins de 255 espèces d'oiseaux! De façon autonome ou en compagnie d’un biologiste, découvrez ses 8 écosystèmes distincts dont l'impressionnant marais salé. Ne manquez pas de faire un arrêt au Jardin d’oiseaux où trône une volière à papillons!

Au Bas-Saint-Laurent, la Société Duvetnor gère et exploite des installations sur l’île du Pot à l’Eau-de-Vie et l’île aux Lièvres, en face de Rivière-du-Loup. Ces îles comptent une importante colonie d’eiders à duvet, dont le duvet est récolté une fois par année, au printemps. Vous pouvez venir les observer (une fois la nidification des oiseaux terminée en début juillet) à l’occasion d’une randonnée sur les îles ou d’un séjour avec nuitée.

Le parc national du Lac-Témiscouata a quant à lui choisi le pygargue à tête blanche comme symbole animalier. Cet oiseau de proie majestueux peut-être observé régulièrement dans le parc, juché sur une haute branche d’un grand arbre ou en vol plané dans le ciel. Apportez vos jumelles et ouvrez bien l’œil!

Quelle que soit votre destination chez nous, la faune aura de quoi vous intriguer, vous charmer et vous émerveiller. À vous de la découvrir!

Auteur Jean-Pascal Côté

Traducteur agréé et grand amateur de plein air, Jean-Pascal travaille comme rédacteur et traducteur pigiste à partir de son Bas-Saint-Laurent natal. Il s’évade régulièrement en vélo de route, de cyclotourisme et de cyclocross, en ski dans les montagnes de la région ou de l'ouest du pays, ou encore en kayak de mer sur le fleuve Saint-Laurent. Il entretient constamment mille et un projets de voyage. Il tient également un blogue portant sur ses escapades en cyclotourisme qu’il alimente sur une base, de son propre aveu, très irrégulière.

Laisser un commentaire
*

(0) commentaire