Le blogue du Québec maritime

Saveurs et savoir-faire aux Îles de la Madeleine : L’archipel archi inspiré
  • Le fromage Pied-de-Vent
    P. Arseneau / Tourisme Îles de la Madeleine

Saveurs et savoir-faire aux Îles de la Madeleine : L’archipel archi inspiré

Mais que peuvent bien avoir en commun un fromage au lait cru, une sculpture de sable, une méduse en verre soufflé et un filet de hareng fumé? Chacun figure en bonne place dans la marmite magique des saveurs et savoir-faire madeliniens. Ajoutez une franche pincée de caractère, une once de fraîcheur et un grand bol de poésie, vous obtenez un bouillon de plaisir et d’inspiration dont seules les Îles de la Madeleine ont le secret.  

Entre les Îles et leurs visiteurs, c’est une histoire jalonnée de coups de cœur et de surprises pour les sens. Parmi les meilleurs souvenirs à récolter dans l’archipel, les produits de l’artisanat et ceux du terroir ont ceci de précieux qu’ils prolongent la magie d’un séjour toujours trop court. Une image me revient à l’esprit : la montagne de fromages entreposés sur le comptoir d’accueil du bateau de croisière CTMA à l’heure du retour vers le continent. Soigneusement mis au frais par l’équipage pour la durée de la traversée, les produits de la fromagerie du Pied-de-Vent sont ramenés à Montréal comme autant de trophées par les heureux croisiéristes. Ces derniers, en visitant l’Économusée de la fromagerie, auront au préalable appris comment le lait des vaches de la ferme voisine, que l’on voit paître entre ciel et mer, est transformé dans les règles de l’art en une variété de douceurs du terroir par ces artisans passionnés, lancés dans l’aventure fromagère en 1998. Tout cela, c’est avant d’être définitivement conquis par la dégustation dudit Pied-de-Vent, un fromage au lait cru à pâte molle et à croûte légèrement lavée à la saumure. Affiné 60 jours, son caractère bien à lui n’a rien à envier à celui d’un bon saint-nectaire.

Panier gourmand et leçon de fraîcheur

Qui dit îles dit mer. Qui dit mer dit saveurs du grand large. Le plateau de fruits de mer d’ici? Un royaume de finesse et de fraîcheur où trône un monarque adulé par ses sujets : l’unique, l’irrésistible, le fabuleux homard des Îles de la Madeleine. Le savoir-faire traditionnel des pêcheurs madelinots allié à la qualité de l’environnement dans lequel est récolté le précieux crustacé concourent à la réputation mondiale de ce dernier. Pour le savourer entre autres merveilles du golfe du Saint-Laurent (crabes, moules, pétoncles, crevettes, poissons…) et découvrir les spécialités insulaires telles que le fameux pot-en-pot, mais aussi pour apprivoiser toutes les facettes gourmandes des Îles (viandes et charcuteries, produits maraîchers, pâtisseries, alcools, miel…), on peut s’en remettre au logo « Le Bon Goût frais des Îles de la Madeleine ». Ce label certifie les producteurs, les points de vente et les restaurants mettant en vedette les meilleurs produits locaux. Parmi les bonnes tables à ne surtout pas bouder : le resto de l’auberge La Salicorneà Grande-Entrée, ceux de l’auberge Chez Denis à François à Havre-Aubert et du Château Madelinot à Fatima, le Domaine du Vieux Couvent à Havre-aux-Maisons, La Table des Roy à L’Étang-du-Nord et l’épatant Café de la Grave, sur le site historique de la Grave à Havre-Aubert.

Le fumoir d'Antan et Ben à Ben (Arseneau) © David Lang

Le fumoir d’Antan et Ben à Ben (Arseneau) © David Lang

Un tour des Îles par les papilles ne saurait non plus esquiver les savoureuses « boucaneries » du Fumoir d’Antan, autre incontournable du panier insulaire. Les frères Arseneau vous feront goûter leur hareng fumé dans la plus pure tradition tout en vous racontant leur métier, histoire qui se confond avec celle de leurs aïeux depuis quatre générations.

Enfin, autre preuve que la rencontre entre le génie humain et la nature des Îles produit de goûteux miracles, la microbrasserie À l’Abri de la Tempête vaut vraiment la visite. Tenue par deux Québécois tombés en amour avec les Îles, cette enseigne qui n’a pas 10 ans a déjà reçu de nombreux prix pour ses bières élaborées à partir de matières premières locales. Une belle découverte de plus et, encore une fois, toute une histoire de passion.

L’imagination au pouvoir!

En pleine création à La Méduse © David Lang

En pleine création à La Méduse © David Lang

Repus? C’est maintenant vos yeux et votre imaginaire qui sont appelés à faire bombance. Que ce soit les paysages, le souffle des vents ou leur âme acadienne qui les inspirent autant, les Madelinots ont une fibre artistique qui paraît tisser des liens entre la nature et les hommes à chaque coin de route, dans chaque village.

Au site historique de La Grave ou encore au Site de la Côte,par exemple, vous vous laisserez surprendre par la variété des petites boutiques-galeries d’artistes et d’artisans sculpteurs, peintres, créateurs de bijoux ou d’objets de décoration.

Mais s’il fallait s’en tenir à deux adresses qui représentent à merveille l’esprit des Îles, on se rendrait d’abord à la « Grande École », à Havre-aux-Maisons, pour rencontrer François Turbide et ses complices (dont Sophie Bourgeois, en vedette dans notre section profil d’artisan). Ce bâtiment centenaire abrite depuis 25 ans les artisans souffleurs de verre de la Verrerie La Méduse. Voir les verriers au travail et découvrir les pièces uniques qui sortent des fours, c’est proprement médusant! Outre l’atelier et la boutique, qui fait d’ailleurs une place à d’autres créateurs des Îles, un espace d’exposition permet de s’ouvrir à encore d’autres horizons. Au fait, qui dit verre dit… sable, une ressource dont l’archipel ne manque pas avec ses 300 km de plages.

Quelques objets des Artisans du Sable © David Lang

Quelques objets des Artisans du sable © David Lang

L’autre visite à prévoir absolument nous emmène à la rencontre de Pauline-Gervaise Grégoire et des Artisans du sable,à l’entrée du site historique de La Grave. Déjà synonyme de rêve à l’état naturel, la matière première de ces artistes sculpteurs prend, selon un procédé dont ils ont le secret, les formes les plus inattendues : objets de déco, lampes, plateaux, bougeoirs, sabliers, horloges, jeux d’échec, urnes cinéraires… C’est beau, c’est bio, et c’est un peu dingo, à l’image du génial Concours de châteaux de sable initié par les fondateurs – les parents de Pauline-Gervaise – en 1987.

Quand on vous dit que les Îles de la Madeleine éveillent les sens et attisent l’imaginaire…Les amoureux de belles et bonnes choses y seront certainement bien servis!

Auteur David Lang

Laisser un commentaire
*

(0) commentaire