Le blogue du Québec maritime

Un parc nature et d’étonnantes plages!
  • La plage au parc-nature de Pointe-aux-Outardes
    Marie-Ève Blanchard

Un parc nature et d’étonnantes plages!

La plage et les battures à Pointe-aux-OutardesCrédit photo : Marie-Ève Blanchard

Je ne sais pourquoi, avant de mettre les pieds sur la Côte-Nord, j’avais dans l’esprit qu’elle était entièrement bordée que de plages rocailleuses ou de galets. Comme je me trompais! Il a suffi que l’on s’éloigne de la route 138, un peu avant Baie-Comeau, quelque quinze kilomètres tout ou plus, pour venir longer un petit chemin de bord de fleuve et aboutir à l’entrée d’un surprenant parc pour que je change illico mon avis quant aux plages de la région.

La plage de la baie Saint-Ludger nous a rapidement charmées et étonnées de par sa largeur et la qualité de son sable blond strié par endroits d’une ligne de sable plus ferreux. Absolument splendide! Combien il fut difficile d’emmener nos fillettes explorer davantage le parc alors qu’on avait toutes envie de se mouiller les pieds et d’y jouer longuement à récolter moules et coquillages! L’amoureuse de la mer en moi était redevenue  une fillette qui avait envie de courir et de marcher le long de la baie.

Difficile donc de ne pas répondre à cette soif pressante lors de notre arrivée. N’empêche, le Parc Nature de Pointe-aux-Outardes est tout simplement magnifique et il faut absolument prendre le temps de l’explorer une heure ou deux et de marcher dans ses sentiers. Car la longue et large plage magnifique qui épouse un littoral fragile borde aussi un centre d’interprétation et de conservation à vocation écologique.

Le jardin d'oiseaux du Parc Nature de Pointe-aux-OutardesCrédit photo : Marie-Ève Blanchard

Le parc occupe toute la pointe ouest de la péninsule Manicouagan et abrite huit écosystèmes distincts. S’y croisent donc marais salé (que l’on peut explorer en Zodiac), dunes de sable, forêt boréale typique, pinède de pins rouges, aulnaie, tourbière, plage et battures sablonneuses. On peut y observer plus de 200 espèces d’oiseaux, le site figurant parmi les 5 meilleurs sites d’observation au Québec.

J’ai beaucoup aimé également l’aménagement du jardin d’oiseaux naturel. En effet, le parc a conçu cette année un jardin d’oiseaux en mettant de l’avant différentes plantes à privilégier pour attirer diverses espèces. D’inspiration médiévale, ce jardin met de l’avant divers petits habitats naturels qui attirent entre autres colibris, chardonnerets et sizerins.

Plusieurs ateliers avec des guides-interprètes permettent de mieux comprendre la faune, la flore et les différents écosystèmes à travers 4 parcours et sentiers, qui totalisent environ 10 kilomètres. Le Contemplatif, qui est composé d’un long trottoir de bois, longe en grande partie la mer. Des phoques peuvent même y être observés, notamment par les kayakistes, qui se rendent à l’extrémité ouest.

Wabush explique l'utilité des peaux des animaux trappésCrédit photo : Marie-Ève Blanchard

Les Innus ayant longuement utilisé autrefois le territoire pour la chasse, une partie du parc est consacrée à l‘interprétation de cette culture. Wabush, un Innu, y anime un atelier où il explique les différentes propriétés des animaux trappés et l’utilité de leur peau. Il raconte entre autres comment sa propre mère réalisait des pantoufles en peau de lièvre, montre comment il créait différents pièges et propose de partager du saumon braisé et de la banique, le pain traditionnel des coureurs des bois et des Amérindiens, sous le tipi.

Une violente tempête survenue l’hiver dernier a carrément arraché près de 10 mètres du littoral révélant à quel point le lieu est fragile. Il suffit de marcher un peu le long de la berge pour constater comment le littoral souffre par endroits de l’érosion. On a d’autant plus envie d’y marcher longuement et respectueusement, d’enlever ses chaussettes, de rouler ses pantalons et de tremper ses jambes et ses orteils dans ce majestueux Saint-Laurent qui semble si froid et si peu invitant. Et pourtant, on s’étonne. L’eau y est d’une tiédeur réconfortante et agréable.

 

On a envie de s’y prélasser longtemps…
Et surtout,
D’y revenir.


J’ai craqué pour…

Depuis l’été dernier, la péninsule de Manicouagan a maintenant sa Route des plages avec 30 kilomètres de plages de sable fin… Un peu à l’instar des croque-livres, on y retrouve des petites cabanes à livres colorées qui ont pour but d’amener la culture au bord de l’eau. Géniale initiative que de mettre ainsi des livres à la disposition des gens directement sur les plages de Ragueneau, de Pointe-Lebel, de Pointe-aux-Outardes et de Chute-aux-Outardes!

Auteur Marie-Ève Blanchard

Marie-Ève et Marie-Julie Gagnon ont sauté à pieds joints dans l’aventure Québec maritime avec un voyage en deux temps. D’abord, accompagnées de leurs fillettes respectives, elles foulent les routes de la Côte-Nord, de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent dans un road trip qui promet des paysages époustouflants et des aventures trépidantes. Elles prendront ensuite la direction des Îles de la Madeleine pour un voyage en duo, où elles pourront ajuster leur montre au rythme plus lent des Îles et s’émerveiller face à l’exotisme et à la richesse de l’archipel.

Laisser un commentaire
*

(0) commentaire