Le blogue du Québec maritime

Observation des cervidés dans les forêts du Québec maritime
  • Caribou de la Gaspésie
    Claude Isabel

Observation des cervidés dans les forêts du Québec maritime

Dans le cadre d’une activité guidée ou durant une randonnée autonome, l’observation des cervidés dans leur milieu naturel fascine petits et grands. La simple vue d’un orignal s’abreuvant au bord d’un lac ou d’un cerf de Virginie accompagné de son faon donne la sensation de vivre un contact étroit avec la nature, le temps d’un instant. Les secteurs forestiers des régions du Québec maritime abritent une faune riche et abondante. Voici ce qui vous y attend!

L’orignal

Animal généralement indépendant et solitaire, l’orignal, le plus grand des cervidés, est sans contredit le roi des forêts du Québec maritime. Même s’il se trouve dans de nombreux secteurs du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et de la Côte-Nord, sa population est particulièrement dense dans la réserve faunique de Matane. Prenez quelques instants pour visiter le centre d’interprétation afin d’obtenir une manne de renseignements sur l’orignal. La réserve propose même des safaris-photos en compagnie de guides d’expérience qui sauront vous amener aux meilleurs endroits pour observer cet imposant animal et immortaliser votre rencontre.

L’orignal est également bien présent dans la réserve faunique des Chics-Chocs et dans le parc national de la Gaspésie, particulièrement dans le secteur du lac Cascapédia. À l’occasion d’un séjour dans le secteur, à l’Auberge de montagne des Chics-Chocs, au Gîte du Mont-Albert, ou encore en camping, partez en randonnée et vous pourriez fort bien en observer au détour d’un sentier, en train de s’alimenter dans un étang, un marécage ou une sapinière.

Si votre itinéraire vous garde en bordure de la baie des Chaleurs, faites un léger détour de 8 km à partir de la route 132 pour vous rendre sur la réserve faunique de Port-Daniel. Le cheptel d’orignaux qui vit sur ce territoire a connu une augmentation notable au cours des dernières années, ce qui accroît vos chances d’en faire la rencontre en toute quiétude.

Dans le Bas-Saint-Laurent, l’un des meilleurs endroits pour observer l’orignal est sans nul doute la réserve faunique de Rimouski. Des sites d’observation ont été aménagés aux endroits les plus fréquentés par ce cervidé afin de le contempler sans le déranger. Fait très intéressant à noter, le territoire de la réserve faunique de Rimouski compte également une importante population de castors, symbole canadien par excellence. Si vous n’avez pas la chance d’apercevoir cet animal très discret, vous pourrez admirer ses œuvres : des barrages érigés à coups d’efforts… et de dents!

Le caribou

Très nombreux dans le Grand-Nord, le caribou est toujours présent dans les montagnes du parc national de la Gaspésie. C’est d’ailleurs le seul endroit où on peut le trouver au sud du Saint-Laurent de nos jours. Particulièrement fascinante en raison de son petit nombre, cette population a été désignée espèce menacée en 2009 par le gouvernement du Québec. La randonnée jusqu’au sommet du mont Jacques-Cartier vaut particulièrement le coup pour observer le caribou dans le cadre exotique de la toundra. Un guide-naturaliste sur place pourra répondre à vos questions. Vous pourrez également en observer au sommet du mont Albert et dans le secteur du mont Richardson, quoiqu’en plus petit nombre. Munissez-vous de jumelles et de vêtements chauds, et vivez une expérience mémorable.

Si vous souhaitez voir de grandes hardes de caribous, rendez-vous plus au nord dans la vaste toundra près de Fermont, dans la région Côte-Nord. La population de caribous dans ce secteur est estimée à plus de 400 000 bêtes.

Le Cerf de Virginie

Un peu comme l’orignal, le cerf de Virginie habite dans toutes les forêts du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et de la Côte-Nord et peut être observé dans pratiquement toutes les réserves fauniques et tous les parcs nationaux, notamment dans le parc national du Bic et dans le parc national du Lac-Témiscouata. C’est cependant sur l’île d’Anticosti (Côte-Nord) qu’il se trouve en plus grand nombre. Mais sachez que le cerf de Virginie n’est pas une espèce indigène de l’île. Elle y a été introduite en 1896 par Henri Menier, alors propriétaire de l’île. Aujourd’hui, la population atteint les 160 000 cerfs, répartis sur l’île d’une superficie de 8000 km² (environ 16 fois l’île de Montréal). Par comparaison, l’île compte une population humaine de 240 personnes! Vos chances d’y observer des cerfs de Virginie sont donc excellentes!

Durant vos vacances dans le Québec maritime, ne manquez pas de visiter nos forêts et de partir à la rencontre des diverses espèces animales qui y vivent. Émerveillement et souvenirs mémorables seront assurément au rendez-vous!

Auteur Jean-Pascal Côté

Traducteur agréé et grand amateur de plein air, Jean-Pascal travaille comme rédacteur et traducteur pigiste à partir de son Bas-Saint-Laurent natal. Il s’évade régulièrement en vélo de route, de cyclotourisme et de cyclocross, en ski dans les montagnes de la région ou de l'ouest du pays, ou encore en kayak de mer sur le fleuve Saint-Laurent. Il entretient constamment mille et un projets de voyage. Il tient également un blogue portant sur ses escapades en cyclotourisme qu’il alimente sur une base, de son propre aveu, très irrégulière.

Laisser un commentaire
*

(2) commentaires

zineddine

slt,je suis de l algerie,esactement de bejaia,j aimerais bien venir pour visite quebec 1jour,je suis en 1ere annee universitaire en biologie,...pouvez vous m aide pour venir et continue mes etudes et installe labas? j atten votre reponse ,je vous remercie par avance

Tanya

Bonjour, Je vous invite à consulter ce site si vous êtes intéressé à vous établir au Québec, plus particulièrement dans les régions : https://www.placeauxjeunes.qc.ca/. Ils seront sans doute en mesure de diriger vos efforts vers les instances pertinentes. Bonne chance! Tanya Le Québec maritime