Le blogue du Québec maritime

Cinq sens en éveil pour découvrir le Saint-Laurent!
  • Mathieu Dupuis

Cinq sens en éveil pour découvrir le Saint-Laurent!

Mettez-vous en mode sensoriel pour profiter à plein de ce que la façade maritime du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie, de la Côte-Nord et des Îles de la Madeleine a à vous offrir. Nul doute que ces régions sauront aiguiser votre sensibilité à un environnement tout en points de vue époustouflants et expériences inusitées entre mer et montagnes… Suivez notre « guide des cinq sens ».

La vue

En voiture, à vélo ou à moto, attendez-vous à retenir votre souffle au détour d’une route débouchant sur le panorama grandiose de l’estuaire ou du golfe du Saint-Laurent. Les eaux miroitantes de l’estuaire qui se découvre de haut font chavirer les cœurs. Un coucher de soleil flamboyant à l’horizon? Rien de tel que de le déguster des yeux, assis sur une plage, au bout d’un quai ou du sommet d’une montagne!

Qu’on fasse le tour de la péninsule gaspésienne, qu’on prenne la route des Baleines  en Côte-Nord, qu’on marche sur le littoral du Bas-Saint-Laurent ou dans les dunes des Îles de la Madeleine, les pupilles se dilatent, happées par une jolie maison colorée, un phare photogénique, des bateaux de pêche qui se bercent dans un port, et la mer, jamais pareille.

À bord d’un traversier, d’un navire-cargo ou d’un bateau de croisière, c’est sur le pont qu’il faut être pour ne rien manquer du spectacle de l’embarcation fendant les flots, des baleines ou des bélugas surgissant au loin à l’improviste, et des îles bucoliques qu’on longe.

En excursion de kayak de mer comme en randonnée côtière, les yeux s’écarquillent pour observer, ici, le phénomène de la bioluminescence marine, là, des phoques joueurs.

La vue « sous » le Saint-Laurent n'est pas moins à négliger... Ses fonds sous-marins sont réputés parmi les plus beaux au monde. De quoi ravir les amateurs de plongée!

L’odorat

« Sentir » le Québec maritime, baigné de tout bord tout coté dans un univers marin, c’est humer l’air salin partout. Le nez au vent, on marche sur des roches polies en contrebas de la route, on arpente les grèves de galets, les singulières îles du Saint-Laurent ou une colline verdoyante dominant l’immensité marine...

L’air marin vivifiant fait partie intégrante des expériences qu’on vit sur l’eau ou dans l’eau. Les cellules olfactives s’activent quand on part en bateau à la découverte du milieu marin, en kayak autour d’une île, en Zodiac à la recherche de baleines ou même en kitesurf.

Le goût

S’il est un sens qui s’épanouit à plein dans nos régions vedettes, passées maîtres dans l’art de « cultiver » les saveurs, c’est bien celui-ci.

Les produits de la mer sont nombreux et alléchants sur les étals. Poissons (frais ou fumés), pétoncles, crevettes, mais aussi homard et crabe des neiges, rois de la table dans l’est du Québec, du printemps à l’été. Leurs chairs délicates, leurs saveurs sans pareilles ont fait le tour du monde. Mais quel délice de les savourer ici, dans un bistro ou sur un site de camping!

Au hasard de vos balades, les arrêts s’imposent dans les différents villages pour goûter aux « saveurs régionales ». Il y a de bons restaurants pour tous budgets, des boulangeries et fromageries artisanales, des chocolateries, des casse-croûte, des boutiques de produits du terroir (petits fruits frais, confitures, tartes, divers produits de l’érable, alcools…). Quant aux amateurs de bières, ils trouveront toujours sur leur chemin une microbrasserie pour étancher leur soif. À vos papilles!

L’ouïe 

Assis sur un rocher ou une plage, fermez les yeux et écoutez la mer! Les marées sont bien présentes à hauteur de l’estuaire comme du golfe du Saint-Laurent, avec les sons caractéristiques des vagues déferlant sur la côte, les galets et le sable. Et que dire du vent du large qui résonne dans les oreilles lors d’une excursion nautique ou d’une randonnée sur une île?

Mais s’il y a un son typique du Québec maritime, c’est bien celui du souffle des baleines. En kayak de mer ou en bateau, nul doute que vous entendrez ce son avant même de voir le mammifère marin émerger de l’eau. Imaginez-vous maintenant couché sous une tente, en bordure du Saint-Laurent, et être réveillé par un grand souffle… Une expérience inoubliable!  

Bord de mer et oiseaux font également bon ménage sur les rives du Saint-Laurent, où leurs chants et cris égaient l’espace aérien du printemps à l’automne. Des fous de Bassan aux oies des neiges, en passant par les guillemots à miroir, mouettes, goélands et sternes, vous n’aurez même pas besoin de tendre l’oreille pour les entendre…

Le toucher 

Marcher pieds nus dans le sable chaud, prendre un coquillage dans ses mains ou faire un château de sable sur la plage, que de plaisirs simples! Agripper la roche lors d’une initiation à l’escalade ou la pagaie en kayak, c’est se donner la chance d’être émerveillé par une vue plongeante ou rasante sur le Saint-Laurent.

Les sensations tactiles sont tout autant au rendez-vous lorsqu’on participe en famille à une « chasse » aux fossiles ou à une sortie de pêche. Quand viendra le temps de détacher le poisson de l’hameçon, il faudra bien y toucher… Les enfants adoreront surement davantage tenir une étoile de mer dans leur main ou toucher du doigt une autre espèce marine dans un bassin, en écoutant les explications d’un animateur-biologiste.

Parions que peu importe le sens qui sera sollicité, et surement plus d’un à la fois, votre contact avec le Saint-Laurent a toutes les chances de vous trotter longtemps dans la tête et le cœur.

Auteur Anne Pélouas

Laisser un commentaire
*

(0) commentaire